Licence 3

Pages: 11 (2506 mots) Publié le: 5 juin 2013
 

Écrire,
  raconter,
  dire,
 sont
  trois
  formes
  d’invention
  qui
  déterminent
  et
  caractérisent
 les
 œuvres
 de
 Robert
 Antelme
 et
 Primo
 Levi.
 Ils
 réinventent
 la
 langue
 pour
  faire
  dire
  aux
  vieux
  mots,
  plus
  que
  ce
  qu’ils
  ne
  disaient
  jusque
 là.
  Écrits
  en
  1947
  pour
  L’espèce
 humaine
  et
  entre
  décembre
  1945
  et
  janvier
  1947
  pour
  Si
 c’est
 un
 homme,
  ces
  deux
 récits
 autobiographiques
 relatent
 de
 l’expérience
 des
 deux
 auteurs
 en
 camps
 nazis.
  Le
  contexte
  politique,
  historique,
 sociétal
  fait
  des
  récits
  concentrationnaires,
  une
  nouvelle
  forme
  de
  littérature,
  définie
  par
  l’objet
  même
  dont
  on
  parle.
  Ce
  ne
  sont
  pas
  des
  récits
  historiques,
  des
  témoignages
  purs,
  mais
  des
  récits
  concentrationnaires.
  Ainsi,
  dans
  le
 prologue
  de
  son
  ouvrage
 Extermination
 et
 littérature,
  Sem
  Dresden
  déclare
 :
  «
 Le
  titre
 de
  ce
  livre
  paraîtra
  sans
  doute
  sacrilège
  à
  certains,
  pour
  lesquels
  le
  fait
  de
  réunir
  d’un
  trait
  les
  atrocités
  de
  la
  Seconde
  Guerre
 mondiale
  et
  les
  belles
  lettres
  est
  inacceptable.
  Ils
  estimeront
  scandaleux
  que
  des
  souffrances
  et
  des
  persécutions
  insupportables
  subies
  par
  des
  millions
  de
  victimes
  (…)
  soient
  recouvertes
  d’un
  beau
  vernis
  littéraire.
 »
  Se
  pose
  alors
  le  problème
  éthique
  du
  droit
  à
  la
  littérature
  face
  à
  l’atrocité
  de
  l’histoire
  des
  camps.
  Peut-­‐on
  faire
  de
  la
  littérature
  sur
  ce
  fond
  historique
  douloureux
 ?
 Les
 rescapés
 sont-­‐ils
 à
 même
 de
 témoigner
 objectivement
 ?
 Quelle
 est cette
  volonté
 de
 transmission
 ?
 Lucie
 Bertrand
 revient
 sur
 cette
 question
 dans
 son
 œuvre
 Vers
  une
  poétique
  de
  L’espèce
  humaine
  en
  affirmant
  que
  la
  «
 question
  de
  la
  transmission
  et
  problématiques
  littéraires
  sont
  donc
  inextricablement
  liées :
  (les
  écrivains
  de
  récits
  concentrationnaires),
  dans
  (leur)
  entreprise
  de
  trans-­‐mission,
  c’est-­‐à-­‐dire
  dans
  la
  mission
  qu’elle
  s’est
  donnée
  de
  transmettre,
  reposent
  les
  grandes
  questions
  de
  la
  littérature,
 refertilisent
 ce
 terrain
 jamais gagné
 par
 l’usure.
 »
 
  On
 peut
 donc
 se
 demander
 ce
 que
 l’après-­‐Shoah
 a
 fait
 à
 la
 littérature.
 Comment
  les
  écrivains
  de
  récits
  concentrationnaires
  parviennent-­‐ils
  à
  transmettre
  à
  partir
  de
  l’impossible
 ?
  Ainsi,
 nous
 reviendrons
 sur
 la réception
 problématique
 de
 ces
 œuvres,
 la
 relation
  qui
  voit
  se
  confronter
  la
  fiction
  à
  la
  littérature
  pour
  enfin
  déterminer
  cette
  volonté
  de
  transmission.
 
 
 
 


 

1
 


  Dès
  les
  années
  1950,
  un
  sentiment
  de
  lassitude
 ...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Licence 3
  • ECONOMIE licence 3
  • Comptabilité licence 3 aes
  • Ter licence 3
  • Biomecanique Licence 3
  • Licence 3 Droit-Russe
  • Memoire de licence 3
  • Rapport de stage (licence 3)

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !