Lorenzaccion

Pages: 5 (1089 mots) Publié le: 22 mai 2013
Jusqu’à la mise en scène de Lorenzaccio par Otomar Krejca en 1967, la scène V, 6 a toujours été supprimée.
Cette scène vous semble-t-elle importante pour le sens de l’acte V ?
En 1853, sous le Second Empire, Musset supprime la scène V, 6 de l'édition des Comédies et Proverbes : cette autocensure indique que la scène n'est pas anodine. Or c'est souvent à partir de cette édition que certainsmetteurs en scène ont travaillé le texte de Musset en vue de sa représentation ; cette raison ajoutée à d'autres fait que jusqu'à la mise en scène d'Otomar Krejca en 1969, cette scène de la révolte étudiante a toujours été supprimée. Puisque Musset l'a tout de même écrite, il importe alors de se demander si elle est importante pour le sens de l'acte V.


I/ Cette scène de révolte étudiante montreque toute action politique est vaine...

La scène 6...

Cette scène pourrait sembler négligeable par sa brièveté. Elle met en présence des soldats et des étudiants dont la prise de parole est anonyme : l'un demande à voter pour élire le prochain duc (il s'agit d'une erreur de Musset se méprenant sur le sens des boules dans Varchi), ils réclament leurs «droits» et annoncent qu'ils sont prêts à«mourir» pour cela, ce qui se produit. La mise en scène de Jean-Pierre Vincent en 2000 s'achève avec cette scène sans la dernière réplique lyrique, sur : «Meurs donc !». Le couperet est brutal.

Après l'alexandrin : «On méconnaît vos droits, on insulte le peuple» (6/6) (exemple de belle parole, mais pour quel résultat ?), la scène se conclut sur une mêlée dont l'efficacité politique paraît plusque compromise : la dernière didascalie est composée d'un décasyllabe suivi d'un hémistiche d'alexandrin : «Les étudiants attaquent les soldats (10) ; ils sortent en se battant (6).» : les deux groupes, disjoints dans le décasyllabe, sont ensuite confondus dans une mêlée en désordre («ils»).

... rejoint donc le sens de tout l'acte V...

L'acte IV (scène 11) se conclut sur la mort du duc. L'acteV met donc en scène les événements qui suivent cette vacance du pouvoir, et souligne l'échec politique de tous ceux qui ont voulu renverser la tyrannie :

Philippe Strozzi quitté Florence et, parlant de la correspondance entre Pierre et le roi de France, déplore l'échec de toute sa famille : «C'est donc là ce qu'aura fait ce pauvre nom de Strozzi» (V, 2). Lorsque l'annonce du meutre du duc parLorenzo lui redonne de l'enthousiasme, ce dernier s'empresse de le faire déchanter : «PHILIPPE - La liberté est donc sauvée ! - LORENZO - Allons, calme-toi. Il n'y a rien de sauvé que moi, qui ai les reins brisés par les chevaux de l'évêque de Marzi.» (V, 2).
Lorenzo est certain que les Républicains ne tireront pas parti de son acte : «Je crois que les Pazzi font quelque chose ; je crois qu'ilsfont des armes dans leur antichambre, en buvant du vin du Midi de temps à autre, quans ils ont le gosier sec» (V, 2).
La scène V, 3 montre que les époux Cibo se sont réconciliés, et efface alors tout souvenir des manoeuvres politiques de la marquise : «PREMIER GENTILHOMME - Je ne te conseillerais pas d'aller lui en parler à lui-même.»


... dans lequel le peuple n'agit pas plus que les noblesou les bourgeois

Exemple de l'orfèvre et du marchand qui commentent l'action (V, 5) en se payant de mots : «L'ORFEVRE - Quel galimatias me faites-vous là, voisin ?», ainsi qu'ils l'avaient fait à la scène I, 2. C'est le retour du même. Ils mentionnent le désir de tel ou tel : «Mes ouvriers, les derniers de mes ouvriers», «il y en a qui», «le provéditeur a offert de livrer la forteresse». Maistous ces désirs restent des mots, comme ceux du précepteur qui chante la liberté sans pour autant faire cesser les querelles des enfants, écho angoissant aux querelles stériles des parents indéfiniment réitérées : qu'il s'agisse du «vacarme de paroles» ou des «cris» des ouvriers, «il y en a qui voulaient, comme vous dites, mais il n'y en a pas qui aient agi.»

II/ ... Mais elle entre plus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !