Macroéconomie investissement

838 mots 4 pages
B) les courants fondateurs : Vienne, Lausanne, Cambridge

* L’école de Vienne : Elle réunit Menger et ses disciples directs ( F. von Wieser et Bawerk ) . C’est une école principalement littéraire et psychologique. Après le problème de l’utilité marginale, elle s’intéresse à la répartition de revenu et à la formation de capital. * L’école de Cambridge fondée par Alfred Marshall ( 1842-1924 ) en Angleterre avait des préoccupations essentiellement tournées vers l’équilibre partiel, c’est à dire la détermination du prix et des quantités d’équilibre pour un bien donné. Indépendamment de Marshall, Edgeworth, en Angleterre donne une version mathématique de la théorie néoclassique. * Après la révolution Keynésienne de 1936, l’école de Cambridge ne peut plus être considérée comme néoclassique. L’héritage néoclassique se poursuivra à Cambridge aux usa, du moins à travers les notions de capital et des productivités marginales développées par Samuelson.

L’école mathématique de Lausanne

Fondée par léon Walras, elle s’intéresse à l’équilibre générale . Son successeur Pareto complète le modèle par la théorie de l’optimum.
Cette théorie de l’optimum découle << du refus d’introduire toute mesure et par conséquent, de l’impossible comparaison des utilités interpersonnelles.
Une situation est optimale au sens de Pareto << lorsqu’il n’est plus possible d’améliorer la satisfaction d’un individu sans détériorer celle de l’autre >>.
L’optimum de Pareto deviendra un concept fondamental pour l’économie de bien être. La problématique de Walras et de Pareto, après avoir été longtemps négligée, constitue, depuis les années 1930, le noyau central de la science économique néoclassique dans le monde.

* C Les limites des analyses néoclassiques * Le reproche le plus courant adressé aux néoclassiques déononce le réductionniste de leur approche. Autrement dit << l’homme est réduit à ses deux seules fonctions de travailleur-consommateur >>

en relation

  • Macroéconomie, investissement et épargne
    1972 mots | 8 pages
  • Macro-economie
    9213 mots | 37 pages
  • Macro
    3446 mots | 14 pages
  • Les investissements directs etrangers dans l'espace uemoa: determinants et analyse d'impacts
    38021 mots | 153 pages
  • macroéconomie
    2039 mots | 9 pages
  • Exposé
    11572 mots | 47 pages
  • La macroéconomie
    15944 mots | 64 pages
  • Investissement consommation
    3807 mots | 16 pages
  • Macroeconomie
    4662 mots | 19 pages
  • Macro
    21563 mots | 87 pages