"Madrigal" P. de Ronsard

Pages: 5 (1107 mots) Publié le: 5 janvier 2014
Ronsard, le fondateur de la Pléiade, a 54 ans lorsqu’il rencontre la jeune Hélène de Surgères, demoiselle de compagnie à la cour de Catherine de Médicis. Elle vient de perdre durant la guerre civile, le capitaine Jacques de la Rivière, dont elle était éprise. La reine invite Ronsard à la consoler. Il lui composera les sonnets restés si célèbres. Dans ce madrigal * rédigé en 1578, dont l’incipitest « Si c’est aimer, Madame … », il lui fait une déclaration d’amour inspirée de la tradition de l’amour courtois. Reprenant le topos du « fou d’amour » médiéval, il va évoquer ses souffrances d’amoureux dédaigné en idéalisant sa dame, avant d’oser lui avouer sa flamme. Nous examinerons d’abord l’expression du sentiment amoureux, puis la difficulté à l’exprimer par des mots.

* madrigal :courte poésie galante

I) Le fou d’amour



A) Les symptômes du mal d’amour

- Le vocabulaire de la souffrance est omniprésent et appartient au lexique de la maladie : langueur (vers 10), fièvre (vers 12), souffrir (vers 7), furieux = pris de folie (vers 14).

- Les contradictions de l’état amoureux sont marquées par des antithèses qui montrent le déséquilibre qui mène à la folie : « Bonheurqui me fuit » (vers 5), « front joyeux et langueur extrême » (vers 10), « chaud, froid » (vers 12).

- L’intensité des sensations et des sentiments se révèle dans les procédés d’amplification : les adjectifs hyperboliques comme « furieux » accentué par la diérèse, « «fatal », « extrême » ou encore par l’accumulation d’infinitifs comme « rester, songer, penser […] oublier et ne vouloir ».

-Les anaphores « Si c’est aimer » au début des trois premiers quatrains miment l’aspect obsessionnel et répétitif des atteintes de ce mal d’amour.

C’est donc un amoureux souffrant et sans espoir qui s’exprime et quand on songe à la différence d’âge entre les deux personnes, on peut penser à une sorte de chant du cygne du poète. La dame aimée, si inaccessible, est d’ailleurs fort peuévoquée dans le poème, comme si l’idéalisation la rendait encore plus lointaine.
B) La femme idéalisée

- Les termes traditionnels du « service d’amour » (on l’appelle fin’amor en langue d’oc, ce qui veut dire « amour parfait » ou « amour sublimé ») sont repris grâce aux termes « adorer et servir ». On note que le vocabulaire chevaleresque se combine ainsi avec celui du culte religieux.

- Le seuléloge de la dame aimée est « euphémisé » par la métonymie « servir la beauté » comme si le poète, par pudeur, n’osait évoquer les charmes physiques de la femme et la considérait plus comme l’incarnation du concept de la beauté.

- Il s’adresse à elle de manière fort respectueuse par l’apostrophe « Madame », en apposition et avec une majuscule à l’initiale et par le vouvoiement : « vivre en vous ».- Le poète s’efface aussi dans les trois premiers quatrains où son « moi » n’apparaît qu’en position objet : « qui me nuit » ou « me perdre ».



La femme aimée est donc peu incarnée, comme si elle était plus un fantasme qu’un être de chair qu’il faut conquérir en « un combat inégal » et « fatal », deux termes à la rime pour en marquer l’importance.

II) Une déclaration paradoxaleA) Parler ou se taire ?

- La déclaration d’amour réitérée (« je vous aime »), au quatrième quatrain, est encadrée par le silence : « me taire » à la rime, au vers 7 et « muette », le dernier mot du madrigal.

- Les verbes d’expression « parler » et « dire » qui accompagnent l’aveu sont associés l’un à une confession honteuse, l’autre à l’incapacité à s’exprimer avec des mots : « Lecœur le dit assez, mais la langue est muette ».

- Les autres marques de communication s’apparentent au cri : « Pleurer, crier merci » ; comme si les sentiments ne pouvaient se transmettre par le verbe (l’intellect) mais seulement par les émotions liées au corps et au coeur.



Il est étonnant et paradoxal que le poète écrive seize vers pour se résoudre à se taire ou à proclamer...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Ronsard madrigal
  • Madrigal Ronsard
  • Madrigal Ronsard
  • Les amours
  • Madrigal
  • Le madrigal
  • Ronsard
  • Ronsard

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !