Marc jimenez - esthétique et mondialisation

1802 mots 8 pages
Etymologie du terme esthétique : terme apparu en 1750. Son origine remonterait du terme indo-européen « percevoir », dont les Grecs anciens feront « sentir ». Baumgarten (philosophe allemand) forgera donc le terme Sentio, mais voudra créer un vocable inédit en retournant à la langue grecque : aesthetica.

Dès lors nous sommes dans l'amphibologie : celle du sens « sensible » et celle du sens « signification ».
Sensibilité et sens sont réuni au sein du même terme.

Il s'agit donc, au delà de la question de l'art et du jugement de goût, d'ouvrir un espace inconnu jusqu'alors : celui de la liberté de juger et de la communication, ou de l'échange du jugement. Autrement dit il s'agit d'explorer la sphère de l'imagination, des passions, des intuitions et des émotions. Mais cela veut surtout dire : s'exercer à la liberté, désormais octroyée à l'individu, de penser et de juger par soi-même.

Dès lors , un monde de parole et de pensée se déploie qui, partant de l'étude des œuvres d'art, transcende la diversité des goûts et de couleurs de chacun pour s'interroger sur la société et l'histoire dans lesquelles ces œuvres, désormais exposées au public, naissent, parfois disparaissent et parfois perdurent.

Que signifie « faire de l'esthétique » aujourd'hui?
Cette question doit se poser doublement :
1. d'une part au regard de la philosophie de l'art (car l'esthétique est également une sorte de philosophie de l'art, car elle est une réflexion sur l'art, tout entier livrée à la subjectivité de l'artiste...)
2.d'autre part au regard de la gigantesque machine à produire de la culture (le culturel = ensemble des moyens institutionnels, économiques et politiques qui concourent à promouvoir et à distribuer le maximum de biens culturels à échelle mondiale)
Le seul avantage de ce culturel est qu'il est tolérant. Il est hélas également boulimique : il ignore les hiérarchies et les différenciations esthétiques : il désamorce donc toute critiques qui partent de l'œuvre pour

en relation

  • Risque et précaution
    6223 mots | 25 pages
  • Cours de communication
    34190 mots | 137 pages
  • Cours critiques et courants de pensée
    16910 mots | 68 pages
  • Rapport l'oréal
    45677 mots | 183 pages
  • Analyse d'une image de presse
    174489 mots | 698 pages
  • Revue de presse sur l'union européenne
    46286 mots | 186 pages
  • Annale esc 2008
    119994 mots | 480 pages
  • Rapport d'audit d'une institut
    130663 mots | 523 pages
  • Le sport
    103690 mots | 415 pages