Marivaudage

499 mots 2 pages
Le nom de Marivaux a donné naissance au verbe « marivauder » qui signifie échanger des propos galants et d’une grande finesse, afin de séduire un homme ou une femme. Par extension a été créé le mot « marivaudage », et ce du vivant même de Marivaux, et probablement dans un de ces cafés littéraires si prisés à l'époque. Ces deux mots se trouvent dès 1760 dans la correspondance entre Denis Diderot et Sophie Volland. Marivauder y a le sens de « disserter sans fin sur de menus problèmes » et marivaudage désigne une forme trop raffinée d'analyse morale. Mais le mot désigne aussi un style, que Jean-François de La Harpe définit, à la fin du siècle, dans son Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, en insistant sur le mélange des registres opposés :
« Marivaux se fit un style si particulier qu’il a eu l’honneur de lui donner son nom ; on l’appela « marivaudage ». c’est le mélange le plus bizarre de métaphysique subtile et de locutions triviales, de sentiments alambiqués et de dictions populaires »
Il le rapproche également d’autres termes tels que le libertinage et le badinage.
Marivaux, à la fin du xviiie siècle, était accusé de ne pas parler le français ordinaire (mais d’Alembert, 1785 évoque surtout le style de ses journaux et romans), de pécher contre le goût, et quelquefois même contre la langue, parce que ses phrases semblaient artificielles et maladroites, ses figures trop recherchées et obscures, et qu’il créait même des mots nouveaux comme cette locution verbale qui nous paraît maintenant si courante, mais qui n’existait pas encore à l’époque, tomber amoureux (avant, on disait se rendre amoureux). Ainsi Palissot, le célèbre ennemi des philosophes, écrit-il en 1777 :
« Ce jargon dans le temps s’appelait du marivaudage. Malgré cette affectation, M. de Marivaux avait infiniment d’esprit ; mais il s’est défiguré par un style entortillé et précieux, comme une jolie femme se défigure par des mines. »
Dès le xviiie siècle donc, le mot marivaudage a un

en relation

  • le Marivaudage
    1012 mots | 5 pages
  • Le marivaudage
    12103 mots | 49 pages
  • marivaudage
    320 mots | 2 pages
  • Le marivaudage
    2646 mots | 11 pages
  • Marivaudage
    1221 mots | 5 pages
  • Le marivaudage
    1533 mots | 7 pages
  • Le marivaudage
    785 mots | 4 pages
  • Le marivaudage
    733 mots | 3 pages
  • Marivaudage
    445 mots | 2 pages
  • le marivaudage
    440 mots | 2 pages