medee

Pages: 13 (3183 mots) Publié le: 13 octobre 2014
Corneille, Médée, 1635.
Mise en scène : Paulo Correia (2011).
Séance n°1. Le vocabulaire théâtral.
Document 1 : Jacques Scherer, La Dramaturgie classique
en France, 1950.
Séance n°2. Aux sources du tragique : la tragédie
antique…
1. Naissance du théâtre : Le culte de Dionysos.
Document 2 : André Degaine, Histoire du théâtre
dessinée, Nizet, 1992.
2. La tragédie antique : Etude de deuxextraits de
la Poétique d’Aristote (344 avant Jésus-Christ).
a) Document 3 : sur le héros tragique et ses
caractéristiques.
b) Document 4 : sur la catharsis et les
caractéristiques de la tragédie.
Séance n°2. Aux sources du tragique : Genèse de la folie
meurtrière…
1. Presse écrite : Document 5 : « Celui qui commet
cet acte préfère ses enfants morts et à lui plutôt que
vivants et àl'autre » LE MONDE | 17.07.08 | 14h48.
Entretien avec Daniel Zagury, chef de service au centre
psychiatrique du Bois-de-Bondy, expert près la Cour
d'appel de Paris.
Plusieurs faits divers récents mettent en avant des
séparations conjugales pour expliquer des passages à
l'acte meurtrier sur les enfants. Quel regard de
psychiatre portez-vous sur ces drames ?
Daniel Zagury : Parmi les cas que j'aiété amené à
examiner, on trouve souvent des personnalités
apparemment banales, mais qui présentent des
caractéristiques de psychorigidité avec une profonde
vulnérabilité à l'abandon. La relation à l'autre est
généralement marquée par une idéalisation et par un
investissement narcissique.
L'autre - le compagnon, la compagne - n'a pas de vie
propre. Il est "in-perdable", parce que perdrel'autre revient
à se perdre soi-même. On est là dans l'impossible deuil.
Il faut repenser au jugement de Salomon et à l'opposition
de ces deux mères : celle qui, parce qu'elle aime vraiment
son enfant, préfère le voir s'éloigner en le sachant vivant,
alors que l'autre ne reconnaît pas l'altérité et le veut pour
elle, même amputé ou mort. Tuer ses enfants signifie
qu'ils sont à soi pourl'éternité. Celui qui commet cet acte
les préfère morts et à lui plutôt que vivants et à l'autre. Il
y a dans ces meurtres une dimension d'unisson
narcissique. Il n'est pas rare d'entendre un père ou une
mère expliquer la volonté de meurtre de ses enfants en
disant : "Mais si je m'étais tué, seul, cela aurait signifié que je les
abandonnais !"

Nathalie SOUBRIER / Janvier 2014.

2. Psychanalyse :Document 6 : Alain Depaulis, Le
complexe de Médée, 2008.
Médée est avec Œdipe la figure mythologique la plus
courtisée, mais aussi la plus scandaleuse. Dans l'œuvre
d'Euripide, une femme assume en toute lucidité le
meurtre de ses enfants : une destinée tragique
inacceptable, tel que le prouve l'effet de censure dont
cette œuvre a été l'objet au cours des siècles et les
variationsréalisées pour en masquer l'horreur. En quoi ce
drame est-il insupportable ? Quelle vérité dérangeante
recèle-t-il ? Quel écho trouve-t-elle dans la réalité ? A
travers des registres très différents, la criminologie
(certains cas d'infanticides maternels), la clinique
infantile (certains cas d'aliénation mentale) et les affaires
familiales (des pères privés de leur enfant), une constante
s'impose :une femme abandonnée par son mari réduit ses
enfants à un objet de vengeance. Cette étude expose
comment la censure frappe cette œuvre scandaleuse,
prouve qu'Euripide a saisi de manière définitive le
caractère tragique de ce drame féminin et démontre
l'hypothèse évoquée par certains psychanalytiques d'une
structure latente qui conduit sous sa forme exacerbée au
meurtre de l'enfant.
Questionde synthèse : Définissez le « complexe de
Médée », en prenant appui sur ces deux textes.
Séance n°3. La tragédie des Mères : Document 7 : La
Bible, « Le jugement de Salomon ».

Alors deux femmes prostituées vinrent chez le roi, et se
présentèrent devant lui. [17] L'une des femmes dit:
Pardon! mon seigneur, moi et cette femme nous
demeurions dans la même maison, et je suis accouché...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • médée
  • Médée
  • Médée
  • Medée
  • Médée
  • Médée
  • Médéé
  • Médée

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !