Mode

Pages: 7 (1542 mots) Publié le: 20 février 2011
[pic]
Observatoire de la parité
Languedoc-Roussillon

Mai 1968 : un vent de liberté pour les femmes contre une société complètement verrouillée

Les femmes ont acquis leurs droits politiques en 1944. Deux ans plus tard, le principe d’égalité des droits entre hommes et femmes a été inscrit dans le préambule de la Constitution de 1946.

Elles ont réclamé de nouveaux droits. Les premiersse sont fait attendre plus de 20 ans : fin de l’accord du mari pour exercer une activité professionnelle (1965) ; fin de son assentiment pour l’ouverture d’un compte en banque (1965) ; Loi Neuwirth autorisant la contraception (1967).

Dans les années 60, les traditions sont bien ancrées : les femmes ne sont pas autorisées à aller travailler en pantalon, la pilule n’est pas en vente enpharmacie, divorcer nécessite une procédure judiciaire coûteuse, lourde et compliquée ; le divorce pour faute mettra encore du temps pour faire place au divorce par consentement mutuel (1975).

Repère : en 1968, les femmes représentent moins de 34% de la population active contre près de la moitié en 2008.

Les femmes sont éligibles mais peu ou pas représentées au sein du pouvoir politiquetransformateur. Le Parlement est soigneusement tenu par les hommes. Et si les réformes que les femmes sont en droit d’attendre de leur nouvelle citoyenneté n’avancent pas, c’est aussi parce députées et sénatrices sont si minoritaires qu’elles hésitent à s’aventurer sur des terrains féminins autres que la famille et les enfants. On raille dans les Assemblées politiques sur « les questions de bonnesfemmes ».

1967/1968, 10 femmes (2,1%) au Palais Bourbon et 5 (1,8%) au Sénat.

Après un grand bon médiatisé dans l’immédiat après guerre, (il y a 35 femmes au Sénat en 1946 soit 10,90%, et 5,5% de députées siègent au Palais Bourbon à la suite des premières élections générales), les mauvaises habitudes ont repris peu à peu le dessus.
Le département du Gard, fera pourtant pendantplusieurs années figure d’exception.
Une députée, Gilberte Roca, PC, siégera parmi les 33 élues à l’Assemblée constituante d’octobre 1945
et sera réélue jusqu’en 1967. Le Gard comptera aussi une sénatrice, Suzanne Crémieux, élue radicale de 1959 à 1976.

Au niveau des pouvoirs locaux, ce n’est guère plus brillant. Il y a en octobre 1967, 10 conseillères générales sur 1710 élusdépartementaux, soit 0, 6% ; et moins de 1% (250) de femmes maires en France ; en 1970, une femme accède pour la première fois à la présidence d’un Conseil général.

1967 : le taux le plus bas de représentation féminine dans les Conseils généraux.

Quelques femmes avaient été élues dans les premières élections suivant la Libération, dont Marcelle Huc, une ancienne résistante originairede Montady pour le canton de Capestang dans l’Hérault. Ce sera la première conseillère générale de ce département ; elle ne fera qu’un seul mandat et il faudra attendre le milieu des années 1970 pour qu’une autre femme siège à nouveau au Conseil général. On en dénombre 2 aujourd’hui.
L’Hérault (343 communes), n’affichera pendant plus de 20 ans qu’une unique femme maire - à Saint-Nazaire deLadaret, dans l’Ouest du département - entre 1952 et 1971. Il s’agit de Madeleine Laissac, issue de la Résistance qui sera aussi la première députée de l’Hérault de 1951 à 1956.
En 1970, Evelyne Baylet (La Dépêche) est la première femme présidente d’un conseil général dans le Tarn et Garonne. Pour mémoire, il y a aujourd’hui 3 présidentes de conseil général sur 101 départements.

Bref,dans un contexte social dominé par le patriarcat, les femmes ne sont pas considérées comme des citoyennes, mais vues simplement comme des mères, des épouses, des filles.

Le mouvement de 1968 va encore se décliner au masculin. Mais le bouleversement culturel qu’il sous-tend va offrir aux femmes l’occasion d’insuffler un vent de liberté sur une société verrouillée dans laquelle leurs...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La mode
  • Mode
  • La mode
  • Mode
  • La mode
  • La mode
  • La mode
  • la mode

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !