mon ceeza

1276 mots 6 pages
I) Le portrait humoristique d'un nourrisson hors du commun

A. Le ton burlesque de la description
B. Gigantisme et démesure
C. Un ton héroïcomique

II) Parodie, satire et poésie dans l'évocation de Gargantua enfant

A. Parodie du roman de chevalerie et réalisme
B. La satire
C. Du burlesque à la poésie

Rabelais explique l’origine du prénom Gargantua, donné par Grandgousier à son fils car les premiers mots de ce dernier ont été : « À boire ! À boire ! À boire ! », ce qui d’ailleurs montre de l’importance de la boisson, thème récurrent à travers tout le livre. Le thème du gigantisme est de nouveau présent dans ce chapitre avec l’évocation de son allaitement, de quantités énormes (comme traire 17 913 vaches) et de ses promenades. Gargantua idolâtre la nourriture. Registre comique.

Gargantua s'appela ainsi car les premiers mots de son père à sa naissance furent : « Que grand tu as ! »(sous-entendu le gosier). Cet enfant n'était jamais rassasié et il fallait de nombreuses vaches pour l'allaiter. En outre, le vin était pour lui un calmant et le son des verres qui s'entrechoquaient lui plaisait énormément.

Chapitre 7 : selon la tradition, les contes populaires détaillent les proportions démesurées de la taille des géants (" une charrette à boeufs "), de leur appétit. Les précisions cocasses de chiffres énormes (" le lait de dix et sept neuf mille neuf cent treize vaches "), l'invraisemblance des situations (" au seul son des pintes et flacons, il entrait en extase ") sont quelques-uns des traits du genre.

Grandgousier nomme son fils Gargantua sur l’idée des invités car il avait remarqué son grand gosier (gosier : gargante en langue d’oc). Rabelais parle ensuite de l’alimentation de Gargantua bébé, nécessitant toutes les vaches laitières de la région, puis du fait que Gargantua était heureux déjà petit quand il buvait du vin ou entendait un bruit s’y rapportant. - See more at:

en relation