Morale et politique

Pages: 7 (1564 mots) Publié le: 3 février 2013
MORALE et POLITIQUE
Aristote distingue la praxis, action immanente n'ayant d'autre fin que le perfectionnement de l'agent (par exemple être moral), de la poïèsis, production d'une œuvre extérieure à l'agent (une statue de marbre par exemple) : c'est donc comme disciplines pratiques visant à rendre les hommes meilleurs que la morale et la politique doivent être entendues, et non pas comme dessciences exactes, car les affaires humaines se passent au niveau de la réalité contingente, non mathématisable, du monde sublunaire.A/ La Morale :Si tout le monde, écrit Aristote au début de L'Ethique à Nicomaque, admet que la fin que chaque homme recherche n'est autre que le bonheur, bien peu s'accordent cependant sur sa définition et les moyens d'y parvenir. Car le Souverain Bien, contrairementaux opinions communes, ne peut se trouver ni dans la recherche de plaisirs frustres - qui nous ravalent au rang d'animaux -, ni dans l'obtention des honneurs et des richesses - qui prennent la fin pour les moyens -, et encore moins dans la contemplation abstraite, platonicienne, d'un quelconque Bien en soi illusoire ; c'est à partir de ce qu'est l'être humain lui-même, de sa finalité propre qu'ilfaut d'abord se situer pour pouvoir saisir en quoi consiste le vrai bonheur.Or la réalisation de la nature de l'homme ne peut se faire qu'à partir de ce qui lui est propre et le distingue des animaux, c'est-à-dire sa raison : la recherche de la vie heureuse ne peut se comprendre chez Aristote que par l'exercice de cette vertu proprement humaine qu'est l'aptitude à la vie raisonnable. Mais encorefaut-il distinguer les vertus " dianoétiques ", issues de l'activité rationnelle, des vertus " éthiques ", dues aux mœurs et à l'habitude ; alors que les premières, comme la science, l'art, la prudence, l'intellect et la sagesse, caractérisent les habitudes de méthodes et de réflexion qui doivent régler la vie intellectuelle, les secondes, comme le courage, la justice, la tempérance …, ont pour finde définir la conduite morale.Par vertu, Aristote entend " une disposition acquise de la volonté, consistant dans un juste milieu par rapport à nous, lequel est déterminé par la droite règle et tel que le déterminerait l'homme prudent " ; c'est dire que la vertu n'est pas une science, puisqu'elle est une habitude, qu'il ne suffit pas de connaître le bien pour être capable de le faire car la passionpeut intervenir entre le savoir et sa réalisation ; c'est aussi concevoir la vertu comme étant constituée par la volonté, qui définit la fin à suivre, et la raison, qui en indique les moyens, présupposant par là, contrairement à ce qu'avançait Platon, le savoir et la responsabilité de nos actes ; c'est affirmer enfin que la vertu, rationnelle en son principe, est la recherche du juste milieuentre ces deux vices que sont l'excès et le défaut, et qu'il s'agit de ramener les passions à un usage mesuré défini par la raison . Ainsi une action est morale lorsqu'elle atteint le juste milieu, la mesure convenable - le courage, par exemple, se situe à égale distance de la peur et de la témérité.Si le plaisir n'est pas le Souverain Bien, il ne doit pas pour autant en être exclu car il est un acte(énergéïa) qui s'ajoute à la vertu et lui procure un surcroît. Le véritable bonheur, qui met en jeu ce qu'il y a de plus haut en nous, notre intellect (noûs), se confond avec l'activité contemplative de la vérité, qui est à elle-même sa propre fin et nous fait participer au divin. Pourtant, une telle béatitude, si éloignée des préoccupations matérielles et utilitaires, se trouve " au-dessus de lacondition humaine ", est quasiment divine et ne peut être considérée, en définitive, que comme un idéal, un principe régulateur vers lequel il faut s'efforcer de tendre. Car la vie vraiment raisonnable n'est possible que dans et par la cité, et l'éthique apparaît bien comme cette activité rationnelle nécessaire à l'homme pour tempérer ses passions ainsi que ses appétits et s'appliquer à la vie...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • moral et politique
  • Morale et politique
  • Politique et morale
  • Politique et morale
  • MORALE ET POLITIQUE
  • La morale et la politique
  • Moral et politique
  • La morale en politique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !