Morale: une histoire du bien et du mal

602 mots 3 pages
Pour la psychanalyse il n'y a pas de bien et de mal. En effet considérant que les maladies mentales peuvent se résumer à trois grandes structures : la structure psychotique, la structure névrotique, puis la structure perverse, on comprend que la perversion, soit ce qu'on appelle communément le mal, n'est pas un péché comme pour les religions monothéistes mais seulement une maladie mentale.

Socrate quant à lui, disait que l'homme ne fait jamais le mal volontairement car l'homme ne cherche que le bien, que son bien, et que le mal n'est qu'une illusion qu'il prend pour le bien.

Kant, lui, reconnaissait à sa juste valeur la réalité du bien et du mal, mais considérait que l'on ne peut pas et qu'il ne faut pas chercher à savoir ce qu'est le bien et le mal, mais que la morale est une attitude que l'on doit s'imposer par devoir. Et c'est justement le fait d'agir selon ce devoir qui rend l'attitude morale.

Saint-Thomas d'Aquin avait distingué onze péchés de natures différentes. De plus, pour lui le bien et le mal n'étaient rien d'autres qu'une réponse, en fait deux réponses différentes et diamétralement opposées, à la valeur de la Vie. Vie qui pour lui venait bien sûr du créateur. Par ailleurs Saint-Thomas pensait que tous les sentiments étaient jouissifs en eux-mêmes : l'amour, la perversion, la haine. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils se transforment généralement en actes. Seulement certains comme le mal, à la fois séduisent mais également détruisent celui qui les ressent.

Quant à maître Eckhart, théologien et philosophe dominicain du 15ième siècle (dont la difficulté des thèses conduisit à des interprétations souvent fausses de sa pensée), affirma parmi ses nombreux écrits que l'on peut diviser les sentiments mauvais en trois grandes catégories. La plus grave est bien sûr la méchanceté (c'est-à-dire la perversion) qui consiste à prendre plaisir à détruire la Vie et donc les êtres de Vie que sont les hommes. Puis vient une forme moins connue que l'on peut

en relation

  • philosophie L'histoire
    7631 mots | 31 pages
  • Dissertation : un héros de roman doit il être moral ?
    2106 mots | 9 pages
  • Exposé de psychologie
    2645 mots | 11 pages
  • Mondialisation
    2562 mots | 11 pages
  • Thèmes
    83101 mots | 333 pages
  • L'histoire peut elle justifier le mal
    4403 mots | 18 pages
  • Le mal
    638 mots | 3 pages
  • Commentaire composé sartre
    1326 mots | 6 pages
  • Conscience
    3611 mots | 15 pages
  • Dissertation sur les fables de la fontaine critique rousseau
    2174 mots | 9 pages