Nelson Mandela

487 mots 2 pages
3. DEVELOPPEMENT
3.1 Quel rôle a-t-il jouer dans la lutte ségrégationniste ?

L’Afrique du Sud est dotée de 3 organismes de lutte contre l’appartheid : l’African National Congress (ANC), le South African Communist Party (SACP) et le South African Indian Congress. En 1944, Nelson rejoint et devient l’un des dirigeant du Congrès national africain (ANC), qui lui est champion de la lutte contre les discriminations raciales.
Après avoir assisté à la victoire de la Seconde Guerre Mondiale du Parti National afrikaner de Daniel Malan en 1948, c’est à ce moment là que l’histoire du pays bascula d’un coup. Daniel Malan mit en place une politique de ségrégation raciale, l’apartheid, qui favorisait la supériorité blanche. Les Afrikaners étaient la communauté blanche la plus importante au pays.
Les Sud-Africains étaient séparés en plusieurs groupes à partir de 1950 ; les Blancs, les Noirs, les Métis et les Indiens. Toutes les personnes vivant sur le sol Sud-Africain étaient automatiquement classées en fonction de leur appartenance à un groupe racial ou ethnique.
Des lois strictes étaient mises en place dans le pays ; toute personne voulant les défier subissait un triste sort. Le mariage entre différentes races était interdit ; les populations noires pouvaient être déplacées à n’importe quel moment si elles habitaient sur une zone où résidaient des Blancs. En fait, toutes ces lois étaient mises en place pour séparer les différents groupes que ce soit au niveau de l’emploi, du logement, de l’enseignement. Malgré de multiples mesures pour en finir avec cette politique de ségrégation raciale, les violences augmentèrent de jour en jour. Arrêté et jugé pour trahison en 1956, il est acquitté en 1961. Il se radicalise, après le massacre de township de Sharpeville, il rejette la stratégie pacifiste de l'ANC et abandonne la non-violence. Il s’engage dans la guérilla, le terrorisme et la révolution ouverte puis fonde le Umkhonto we Sizwe (MK), la branche armée de l'ANC. Arrêté en

en relation

  • Nelson Mandela
    724 mots | 3 pages
  • Nelson mandela
    1129 mots | 5 pages
  • Nelson Mandela
    749 mots | 3 pages
  • Nelson mandela
    1869 mots | 8 pages
  • Nelson Mandela
    971 mots | 4 pages
  • Nelson mandela
    1145 mots | 5 pages
  • nelson mandela
    357 mots | 2 pages
  • Nelson mandela
    534 mots | 3 pages
  • Nelson mandela
    286 mots | 2 pages
  • nelson mandela
    465 mots | 2 pages