neurobiologie

Pages: 41 (10133 mots) Publié le: 17 juin 2014
Psychologie et Neuropsychologie des émotions


1. Les émotions : une introduction

Caractérisation

L'Antiquité grecque : le débat est le même que celui des années 90.
Deux idées opposés :
les stoïciens (Zénon, Platon) : inhibition importante des émotions. Elles sont nuisibles aux bonnes philosophie, à la bonne pensée. Évitement.
les partisans de la catharsis (Aristote) ; c'est ce quicaractérise l'humain, il semble illogique de les inhibé. Il faut les écouter et bien les gérer. Catharsis = théâtre grecque, confrontation aux émotions.

Le XVIIème siècle : distinction entre émotion et raison, opposition des deux. Bien raisonner, c'est raisonner sans émotions. On considère que la pensée médiévale (guider par religion, donc peur) est très négative ; ne pas réfléchir car peur.Donc opposition, car émotion façon d'exploiter les autres (notamment la peur), il faut se libérer des peurs, des émotions.
Ex : René Descartes, Blaise Pascal.

Le XIXème siècle :
Charles Darwin : émotions primaires (« L'expression des émotions chez l'homme et les animaux », 1872).
En 59, explique que l'homme a une parenté avec les animaux. Il y a nécessairement toute une série de fonctionspartagées entre l'homme et les animaux. Notamment des fonctions comportementales : l'expression des émotions, fondatrices dans comportements sociaux. Il répertorie tout un tas de postures comportementales typiques de certains animaux.
Il montre que les émotions fondamentales (émotions primaires) seraient un socle commun entre l'homme et l'animal. Premier travail scientifique sur les émotions.
Lesthéories classiques (débat central-périphérie), comment s'organisent les émotions ? D'abord je ressens mon émotion, ensuite mon corps s'exprime OU d'abord le corps l'exprime et après on élabore l'émotion.
Willian James & Carl Lange (1884)
Walter Cannon & Phillip Bard (1927)

« Émotion : choc affectif se traduisant par un état de perturbation et de désordre psychophysiologique. »
Cettedéfinition montre la difficulté de définir une émotion mais elle n'est pas complète. Elle traduit un fond philosophique implicite. Conception très négative, péjorative de l'émotion (choc, perturbation, désordre) donc phénomène à inhiber, réguler ?
Définition non neutre. Liée à la culture.
Psychophysiologique : pas seulement un état affectif, engage aussi le corps.
L'émotion c'est aussi du corps.
Iln'existe pas de définition générique et complète de l'émotion. Concept auto-évident.

« Tout le monde sait ce qu'est une émotion, jusqu'à ce que vous lui demandiez de la définir. » Fehr & Russel, 1984.
On ne sait pas les définir, mais on sait les caractériser.


Émotion
Sentiment
Intensité (phénoménologique)
+
-
Durée
-
+

Intensité forte pour l'émotion car c'est du corps.
La voix,2 canaux : linguistique et para-linguistique.
Durée courte : dure le temps de l'évènement, mais s'estompe et s'arrête. Elle est fondamentale.

Sentiment, faible intensité, pas visible de l'extérieur. Très facilement déguisée et masquée.
Durée très longue. (ex : haine)

Sentiment = élément facilitateur de l'émotion, déclencheur de l'émotion. Plus le sentiment est fort, plus l'émotion seraforte. L'émotion va permettre la construction et la consolidation du sentiment. Et inversement.
Sentiment de haine, facilite émotion de colère.

Approche catégorielle : émotions = phénomènes discrets. On va considérer chaque émotion comme étant un tout à part entière. Chacun un ensemble clairement dissociée.
Ex : utilisation d'image exprimant une émotion de base / primaire / fondamentale.Exprimée chez l'adulte et l'enfant. À partir de quel âge apparaissent les émotions chez l'enfant ?
Émotions primaires : peur, colère, dégoût, tristesse, joie et surprise. Émotions mixtes et secondaires (différences avec les animaux et inter-culturelles, propres à la culture dans leur déclencheurs) : honte, culpabilité, mépris, jalousie, rancune, pitié, amertume...
Approche dimensionnelle : au...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Neurobiologie
  • Neurobiologie
  • La dépression (neurobiologie)
  • Cours de neurobiologie
  • Depression (neurobiologie)
  • Neurobiologie de la peur
  • Exposé neurobiologie sur la cécité corticale
  • neurobiologie des conduites suicidaires

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !