objet d'etude economie droit le sucide au travail

675 mots 3 pages
LE SUCIDE AU TRAVAIL

Le sucide en lien avec le travail.
Un suicide ou une tentative de suicide constitue tout d’abord une situation d’urgence à gérer : il faut en effet éviter une « épidémie » de suicides sur un même lieu de travail. C’est aussi un signal d’alerte sur un possible phénomène de malaise plus largement répandu. La prévention des suicides au travail passe donc par une démarche globale de prévention des risques psychosociaux.
1. Quels sont les facteurs liés au travail qui pourraient pousser au suicide ?
Que peut faire l'entreprise ?
Une « épidémie » de suicides sur un même lieu de travail peut résulter d’un effet de contagion. Il est possible qu’un suicide entraîne chez d’autres personnes, qui vivent une situation professionnelle similaire, la levée d’un tabou. Dès lors qu’un collègue y a déjà recouru, le suicide peut apparaître comme une issue.
Un suicide ou la tentative de suicide constitue pour l’entreprise à la fois une situation d’urgence à gérer et un signal d’alerte sur un possible phénomène de malaise plus largement répandu. Pour éviter une contagion, des mesures peuvent être adoptées en urgence. Dans un deuxième temps, à distance de l’événement et afin de protéger la santé des salariés, il convient d’évaluer les risques d’atteinte à la santé physique et mentale et d’entamer une démarche de prévention (article L.230-2 du Code du travail) .
Fragilité individuelle ou lien avec le travail ?
De nombreuses études épidémiologiques ont établi un lien entre les contraintes au travail génératrices d’un état de stress chronique, c’est-à-dire d’un stress durable, et l’apparition d’une dépression. Quelles que soient leurs caractéristiques individuelles, des personnes en situation de stress chronique sont fragilisées et peuvent voir leur état évoluer vers une dépression qui, elle-même, favorise un passage à l’acte suicidaire. En suivant pendant 14 ans plus de 94 000 infirmières américaines, une étude de 2002 souligne qu’un état de stress déclaré

en relation

  • Dissert
    58237 mots | 233 pages