pdf_ch3_l_hypothese_de_l_expansion_oceanique

712 mots 3 pages
Chapitre n°3:
L’hypothèse de l’expansion océanique et l’apport de nouvelles données scientifiques
.

Introduction
• Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la théorie de la dérive des continents est abandonnée à la fin des années 1920.
• Dans les années 1950 – 1960, de nouvelles données océanographiques et sismiques vont relancer l’hypothèse d’une mobilité des continents. I- De nouvelles observations océanographiques
• 1) la découverte des reliefs sous marins. Dans les années 1950, les nouvelles techniques d’échosondage permettent de cartographier les fonds océaniques.
3 structures principales caractérisent cette topographie: - Les marges continentales
( plateau+ talus ou fosse)
- Les plaines abyssales
- Les dorsales océaniques usa Iles du
Cap
Vert

AFRIQU

DORSALE
0

2000
4000
6000 prof. (m)

2) Les mesures du flux géothermique
• Le flux géothermique correspond à la dissipation en surface de la chaleur interne du globe.
• Si sa valeur moyenne est de
60 mW • m-2, sans différence marquée entre continents et océans, le flux géothermique se révèle particulièrement important à l'aplomb des dorsales. • Ces variations révèlent la plus ou moins grande proximité en profondeur de matériaux à haute température.

3) De nouvelles données physiques.

• La convection est un mode de transfert de la chaleur s’accompagnant de mouvements de matière.
• En 1945, Arthur Holmes émet l’hypothèse que les dorsales océaniques sont les témoins à la surface de mouvements de convection ascendants du manteau.
• Hypothèse rejetée: un matériau solide ne peut être agité de mouvements

II- L’hypothèse de Hess




Dans les années 1960, Hess propose une hypothèse explication prenant en compte de l'ensemble des observations disponibles à cette date.
Selon lui, le manteau terrestre serait animé de courants de convection (comme le suggérait
Holmes trente ans plus tôt):

• - des courants ascendants au niveau des dorsales seraient à l'origine de la

en relation