Peau morte

Pages: 31 (7681 mots) Publié le: 13 décembre 2012
A la recherche de la beauté violente
Baudelaire a dit : «  Il faut être toujours ivre, pour ne pas sentir l’horrible fardeau qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! »
Moi, Manon Leresche, dix-huit ans, ai suivi son conseil. Je me suis enivrée l’esprit d’écriture sans plus m’arrêter. J’ai continué jusqu’à boire sanssoif. J’avais, pour unique motivation, l’espoir. Mais celui-ci était, certainement, la plus grande que j’aurais jamais pu éprouver.
A travers ce travail de maturité. À travers l’écriture, j’espérais redécouvrir la notion d’espérance que j’avais subitement perdue au petit matin de ce neuf juillet deux mille onze. Là où je me suis découverte nue. J’avais espoir de me retrouver, de reconquérir monâme puis d’avancer comme avant, lorsque j’étais enfant. Le but est atteint. Je ne crains plus rien !
Je ne voudrais passer sur le fait que le choix de ce travail de maturité n’était pas celui-ci à l’origine. Je ne voulais pas, je n’osais pas l’affronter de peur de me faire bouffer. Ma maman m’a soutenue. Je voyais dans ses yeux, noyés par cette mer de larmes, que ce travail était, sans aucun doute,la dernière possibilité de ne pas mourir noyée. J’ai pour habitude de ne pas écouter les gens. Je fonce tête baissée et ne me retourne que très rarement. Cette fois-ci, ce fut différent. Je pris le temps d’écouter mes parents, ravalai ma fierté et partis en courant, espérant l’accord de pouvoir intégrer ce sujet de travail de maturité proposé par M. Cand. Le « oui » que j’entendis fendit mon cœuret je sus alors que je réapprendrais le bonheur.
De par ce travail, je souhaite parvenir à faire ressentir la puissance d’un mot, la profondeur de son sens ainsi que la beauté violente qu’il pourrait traduire. Il n’est rien de plus beau que de savoir lire les mots et comprendre ce pourquoi ils sont beaux.
Je me suis laissée aller, guidée par mon vécu, par le besoin d’exprimer ce pour quoi jem’étais tue. J’espère, par la suite, me retrouver moins sombre en mes mots mais j’assume totalement le fait qu’ils soient encore noirs aujourd’hui. Cela fait partie de moi et je ne m’en cacherai pas. J’ai pu apprendre, au courant de cette année, la valeur des choses et notamment celle de l’écriture qui m’a apporté bien plus que ce que j’aurais pu imaginer.
Il faut savoir que je ne cherche rien àapporter, ni à transmettre d’ailleurs. La seule chose que je demandais, à travers ce travail de maturité, était un échappatoire, là où je pouvais y voir autre chose que du noir, un moment qui puisse ralentir le temps et me faire rêver tout grand !

N’oubliez pas que ce que nous avons construit de meilleur s’est bâti par le pire
Par le semblant d’un sourire de larmes. Par les roses se fanant de leurcharme. Par ce monde, trop calme, qui s’acharne. Par tous ces soldats ne possédant aucune arme, qui es-tu ? Des yeux noyés par un cœur au bord du vide ? Des mains abîmées par le froid givré ? Une bouche gercée manquant d’un trop plein de baisers ? Une âme parmi tant d’autres, tentant désespérément de prendre ses jambes à son cou pour espérer fuir ce monde de fous ?
Une cigarette à la main, uncrayon dans l’autre et l’écriture se met à chanter sur le papier. Plus un mot ne veut signifier autre que la valeur qu’il incarne au plus profond et qui, comme un coup de poing, vient frapper au cœur nos âmes, jusque là noyées dans la douleur. Le feu au corps, la sueur dégoulinant de mes mains prises d’excitation par la sensualité que laisse respirer la liberté. Elle m’arrache les tripes, crampe monsourire que plus rien ne peut dissimuler. Je n’ai qu’une envie, que les mots m’emportent avec eux, là où tout est si bleu. Pour ne plus jamais avoir à mettre des limites à la liberté. Pour ne plus jamais avoir un jour à prier Dieu. Pour pouvoir brûler parmi les étoiles jusqu’à en crever.
Qui pourrait croire qu’un crayon, traçant des mots, soit la clef d’une porte, jusque là fermée à toutes...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • MORTE
  • Je suis morte
  • La morte
  • La morte
  • La morte
  • La morte
  • la peau
  • La peau

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !