Penser est ce dire non ?

1366 mots 6 pages
La capacité de penser est ce qui différencie principalement l'homme de l’animal «Je pense donc je suis» Descartes. Or l'acte de penser peut se présenter sous trois démarches intellectuelle différentes. La première est celle de la simple représentation. Ainsi, si je pense à quelque chose, je l'imagine:(ex: maison) Penser, c'est aussi, conceptualiser (ex: maison, avantage et inconvénients) Mais l’acte de penser, c'est aussi et surtout celui de juger, d’émettre un avis: lorsque nous prenons position sur l’une ou l’autre question ou lorsque nous faisons des choix délibérés, nous pensons que les choses doivent être ainsi que nous le déclarons. Nous recherchons notre vérité.
Doit-on considérer que la pensée, si elle se caractérise par une prise de position, consiste en un «non», en une distanciation critique par laquelle nous refuserions une certaine façon de voir les choses?
Pour pouvoir répondre au plus juste à cette question (Penser, est-ce dire non?), nous aurons à nous en poser successivement trois autres. En quoi le jugement peut-il être conçu comme étant un refus ? En quoi, toutefois, ne saurait-il s’y réduire ? Et, enfin, en quoi la pensée est-elle, somme toute, un processus relevant à la fois du refus et de l'adhésion ? Pour bien voir en quoi le fait de penser peut consister en un refus, il est capital d'analyser les étapes de la formation d'un jugement. Intellectuellement parlant, nous ne sommes pas vierges. J'entends par-là qu'ayant déjà une certaine expérience de la vie, nous avons été amenés par la force des choses à avoir des avis sur ce qui nous entoure. Mais ces avis ne sont en fait que des opinions, des idées que nous tenons pour vraies sans en avoir réellement analysé la teneur et estimé la valeur.
Ainsi, quand nous nous efforçons de penser, c’est-à-dire ici de juger les choses avec justesse, deux choix s'offrent à nous : rejeter l'opinion ou en faire une authentique pensée en l'approfondissant et en la consolidant au moyen d'un raisonnement la

en relation

  • Penser est ce dire non
    601 mots | 3 pages
  • Penser est-ce dire non
    320 mots | 2 pages
  • Penser est-ce dire non ?
    765 mots | 4 pages
  • Penser est ce dire non
    2353 mots | 10 pages
  • Penser est ce dire non
    562 mots | 3 pages
  • Penser c'est dire non
    1847 mots | 8 pages
  • Penser c'est dire non
    705 mots | 3 pages
  • Penser c'est dire non
    472 mots | 2 pages
  • Penser c'est dire non
    2105 mots | 9 pages
  • Penser, c'est dire non
    2795 mots | 12 pages