Penser, c'est dire non

Pages: 6 (1457 mots) Publié le: 5 janvier 2013
Penser, c’est dire non ?

Caractéristique même du genre humain, la pensée se révèle depuis le plus jeune âge comme une interrogation, pouvant aller de la simple prise de conscience qui schématise nos observations à un jugement réfléchi et basé sur des connaissances. La pensée est une preuve d’éveil, de vigilance. Peu à peu, l’Homme acquiert une notion de la critique, de la contradictionraisonnée, de l’esprit déductif et nous nous voyons posséder d’une métaphysique, un au-delà de nous-mêmes, et nous pensons sans même l’apercevoir, nous désirons, conceptualisons et surtout voyons les choses telles que le manifeste notre pensée. Penser en latin, pensare, signifie peser, il s’agit donc de porter un certain poids sur une opinion, faire une évaluation rationnelle donc porter un jugement.Alain nous disait sur ce fameux jugement que « penser, c’est dire non. ». Il conviendrait donc que porter un jugement entraîne un refus, une forme de négation qui nous empêcherait d’adhérer à la façon de voir certaine choses. Nous serions alors toujours emportés par un scepticisme stérile dans nos jugements, dans nos opinions et dans nos convictions ? Il nous faudra alors accepter les failles denotre esprit critique qui vise à rejeter une part de la réalité et à s’approprier une vision philosophique propre à soi. A penser selon soi, par soi et pour soi en dépit de ce que le « moi » peux limiter. La citation d’Alain, « penser c’est dire non. » nous entraine à proposer plus de questions afin d’éclairer la phrase. Ainsi penser est-ce porter un jugement qui comprend forcément un refus ? Nepeut-on pas en dire le contraire ? Ce refus n’est-il pas lui-même contrasté par une part d’adhésion ?

Pour comprendre la notion de refus dans le jugement il est en effet nécessaire de se rappeler les étapes qui forment un jugement. Bien évidemment, nous avons déjà eu un certain nombre d’expériences qui ont contribuées à développer notre esprit critique, nos opinions et avis sur un grand nombre dedomaine. C’est pourquoi quand nous pensons il faut soit que nous réfutions ou alors que nous adhérions se penchant sur divers arguments, et approfondissant la part de raison que nous envisageons. Si penser c’est dire non, c’est alors dire non à notre propre pensée, affronter avec sa pensée, sa propre pensée. C’est s’assurer de la justesse de nos convictions. Alain dans ses écrits va même plusen affirmant que le vrai devient faux si on ne l’interroge pas en permanence, si nous ne le jugeons pas. Le savoir et le point de vue est toujours le premier pas vers l’essence d’un concept (« ne point douter avant de savoir, car douter de quoi ? » Alain.) Mais il convient après d’avoir une propre opinion de l’examiner, de l’adopter, de la modifier et parfois de la rejeter. Imaginons unesituation où l’on se retrouve en tort, faut-il aller vers la personne concernée et le reconnaitre ou faut-il se battre jusqu’à une probable victoire ? Le tout est une question d’enjeu, si la première proposition parait la plus juste elle pourrait entrainer une suite judiciaire, encore faut-il examiner la faute. Même si les deux situations peuvent être comprises, le choix dépendra de l’état du moment.Ainsi l’opinion de départ regroupe en pensée ses deux situations. Et nous serons alors obligés de dire non à l’un des deux choix.
L’opinion est propre à chaque individu, si elle prend parfois l’aspect d’un avis, elle peut également être un point de vue suggéré. Il s’agit donc parfois de ne pas suivre la pensée « générale » qui tend à se dire vraie mais se forger une propre conception de la vérité,une vérité qui n’appartient qu’à la métaphysique et qui nous force à adopter une démarche en paradoxe avec les vraisemblances. D’après Alain, dire oui veut dire être un homme qui s’endort. L’opinion se base non sur un aspect extérieur d’une chose mais au contraire sur son essence même, il s’agit de rejeter les apparences, («Penser, c’est tourner le dos aux apparences » Platon, le mythe de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Penser c'est dire non
  • Penser c'est dire non
  • Penser c'est dire non.
  • Penser c'est dire non
  • Penser, c'est dire non.
  • Penser c'est dire non
  • Penser c'est dire non
  • penser c'est dire non

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !