Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvriere

1878 mots 8 pages
hghghuihCet ouvrage de Julian Mischi constitue la version remaniée et attendue de la thèse de science politique qu’il a soutenue en 2002 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) [1] . Il s’assigne pour objectif d’explorer le travail concret de mobilisation politique du Parti communiste français (PCF) pour en évaluer l’efficacité (ou l’inefficacité) dans des contextes sociaux particuliers. Selon l’auteur, la forte structuration organisationnelle du PCF avec ses ramifications associatives et syndicales ne peut être considérée seulement comme un instrument bureaucratique. Elle constitue aussi un support de mobilisation collective et de participation politique pour des catégories populaires qui ne s’en remettent pas totalement au parti, susceptible d’introduire de la disparité.

L’ouvrage s’inscrit dans une longue durée dont la science politique n’est pas nécessairement coutumière. La séquence retenue, qui s’étend des années vingt aux années soixante-dix, est bornée par l’émergence d’un parti qui a participé « à la formation tardive puis à l’homogénéisation de la classe ouvrière » et par la crise industrielle qui, quelque cinquante ans plus tard, détruit les bastions industriels nés au début des années vingt et contribue puissamment à l’affaissement de l’organisation communiste. Une approche diachronique de cette séquence conduirait à se focaliser sur ces moments intégrateurs de pratiques demeurées jusqu’alors éclatées qu’ont été le Front populaire et la Libération. L’auteur privilégie cet apogée de l’ouvriérisation qu’ont été les décennies 1950-1970 mais se refuse à périodiser de la sorte et retient la séquence des années vingt aux années soixante dix et expose l’unité au regard de l’histoire sociale de la classe ouvrière. S’en suit une phase de l’histoire où les ouvriers de la métallurgie constituent le « groupe central » et durant laquelle le Parti communiste est un agent majeur de la promotion des milieux ouvriers. Avant que ne s’opère un

en relation

  • Peut-on parler d’une disparition de la classe ouvrière ?
    1393 mots | 6 pages
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvriere ?
    314 mots | 2 pages
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvrière ?
    449 mots | 2 pages
  • Peut-on parler d'une disparition de la classe ouvrière?
    309 mots | 2 pages
  • Peut -on parler d'une disparition de la classe ouvrière
    1848 mots | 8 pages
  • Peut'on parler de disparition de la classe ouvrière aujourd'hui en france ?
    2447 mots | 10 pages
  • Question de synthèse ses :
    1133 mots | 5 pages
  • classe ouvrière
    1224 mots | 5 pages
  • Ses jncfuoshedfisw
    533 mots | 3 pages
  • Classe sociale
    1694 mots | 7 pages