PFD TD1

1318 mots 6 pages
PRINCIPES FONDAMENTAUX
THEME 1 : La formulation de la norme écrite
TD1 : Dissertation « Faut-il obéir à une loi injuste ? »
Il faut obéir à la loi
Mais, parfois, il faut la combattre
PLAN FINAL
L’obéissance stricte de la loi juridique
L’obéissance face à la loi respectant le devoir de tout citoyen
Le respect de la loi garantissant la stabilité et la paix sociale
La désobéissance nécessaire de la loi injuste
L’obéissance aveugle de la loi pervertissant l’Homme
La désobéissance légitime de la loi injuste prônant la morale

Toute société implique l’existence de droit et donc de lois que tout citoyen se doit de respecter. Au sein de notre société, il existe deux types de lois : la loi naturelle et la loi positive. D’une part, de manière générale la loi naturelle désigne l’idée d’un droit non posé par l’homme. D’autre part, la loi positive désigne alors toutes les lois édictées par l’Homme. « Par l’obéissance, il assure l’ordre. Par la résistance, il assure la liberté » disait le philosophe Alain. On peut alors se poser la question suivante : Faut-il obéir à la loi injuste ? Pour répondre à cette problématique, nous allons plus nous focaliser sur le droit positif. Tout d’abord, nous étudierons en quoi il est nécessaire de respecter la loi, d’une part car il s’agit d’un devoir citoyen et d’autre part car la loi permet de garantir la paix social. Puis, nous verrons certaines limites de l’obéissance stricte et aveugle face à la loi qui peut avoir des conséquences désastreuses sur l’être humain. Enfin, nous déterminerons les caractéristiques d’une loi dite injuste et les différentes manières de réagir face à ce type de lois.
L’obéissance stricte de la loi juridique
Par définition, la notion de loi est un terme générique qui désigne une norme, une prescription, une obligation définie par le législateur. Elle s’applique à tous les membres de la société et son non-respect engendre une sanction.
L’obéissance face à la loi respectant le devoir de tout citoyen

en relation

  • C2I
    4116 mots | 17 pages
  • Polycopie de cours automatisation
    14490 mots | 58 pages