Philisophie : qu’apporte le travail à l’homme ?

1288 mots 6 pages
Disserte philo
Pourquoi travailler ?
Travail =
au sens éco : activité professionnelle, emploi
au sens philosophique : activité de transformation de la nature dans un sens utile à l’homme (satisfaire ses besoins)

Qu’apporte le travail à l’homme ?

Idées : Pour s’occuper et penser à autre chose que la mort (divertissement pascalien) Pour accroitre ses facultés, se développer dans un cadre personnel afin de devenir meilleur, plus performant. Etre utile à la société : mettre mes facultés au profit d’une activité qui peut servir à tous : à ceux qui bénéficient de mes produits ou services et à moi-même qui tire un bénéfice. Pour gagner de l’argent afin de satisfaire à mes besoins primaires et désirs illimités

I) le travail permet à l’homme de se développer dans une cadre personnel afin de devenir meilleur, plus performant.

II) le travail aliène l’homme et l’empêche d’être un être de nature, complètement humaine

III)

Le T au sens philoQ est une act de transformatO de la nat par l’h afin de satisfaire ses B et D. Ds un contexte écoQ, le T est synonyme de métier, emploi et consiste en une prod de bien ou services pr gagner argent et pvr vivre ds une soc. A première vue, Les h, qu’ils soient rétribués ou non, doivent travailler travailler ou faire travailler les autres afin de subvenir à leurs besoins. En effet, les aptitudes de l’homme étant faibles, le travail lui permet de garantir sa survie en lui apportant nourriture ou argent.
Cependant, le travail est aussi un moyen pour l’homme de s’enrichir personnelement, ce n’est donc pas seulement une contrainte. Ainsi, le travailleur exerce des tâches qui le perfectionnent et le rende singulier.
Pr quells raison l’h travaille til ?
Le T est tout d’abord une obligation a laquelle l’homme se soumet et bien que ce soit une act enrichissante pr tt individu, le T est parfois aliénant

Dans tte société, qu’elle soit ancienne ou actuelle, occidentale ou orientale, l’h travaille et surtout

en relation

  • Economie des sociétés
    16048 mots | 65 pages