Philo

684 mots 3 pages
Pb : Le devoir est une obligation à laquelle on doit obéir indépendamment de notre liberté. Il représente donc une restriction de notre liberté. Mais, si je choisis librement de faire mon devoir, celui-ci n'est pas une contrainte aliénante. De plus, le devoir est ce qui garantit la liberté plutôt que ce qui la brime.

On trouve cette formule énigmatique au septième chapitre du premier livre du « Contrat social ». Rousseau affirme que celui qui refuse d'obéir aux lois peut y être contraint par le corps social, mais il ajoute que cette contrainte sert en fait la liberté de celui qui y est soumis. Ce paradoxe met en évidence la tension qui existe entre notre existence d'individu et notre existence de citoyen, et interroge sur la conciliation de l'obéissance civique avec la liberté. Rousseau partage avec les partisans du droit naturel l'idée que l'être humain est naturellement libre et autonome, chacun d'entre nous a naturellement le droit de décider de ses propres actions, dans son propre intérêt. Or, l'intégration à un Etat nécessite une organisation sociale, des lois, un pouvoir commun. Le problème central qu'examine le « Contrat social » est de savoir ce qu'est une loi légitime, ou encore de déterminer à quoi chacun de nous s'engage en vivant sous un pouvoir commun. Qu'est-ce que je donne de mon pouvoir de me diriger moi-même ? à qui ? en l'échange de quoi ? Ou encore, dans quel but véritable les hommes décident-ils de s'associer, de se donner des lois communes ?

La notion de liberté signifie spontanément l'absence de contraintes, l'expression de nos désirs personnels sans rencontrer d'obstacles extérieurs et d'interdits normatifs faisant peser une menace en cas de transgression; ainsi le devoir, en tant qu'il oblige et interdit de faire telle ou tel acte, à l'encontre de nos désir, semble incompatible avec l'idée même de liberté.
Cependant celui qui refuserait toute obligation serait condamné à suivre aveuglément sesdésirs qui le dominerait jusqu'à la

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages