philo

852 mots 4 pages
TP3

SA :
SP : Le surhomme qui crée la culture noble est préférable au citoyen libre et égal vivant sous le pacte social.
SD : En effet, Rousseau affirme que l’homme est libre et sa nature est constituée de nombreux éléments. Par contre, lorsqu’on regarde le pacte social de plus près, on se rend compte qu’il n’est pas sans failles. Ainsi, je crois que le surhomme créant la culture noble, basé sur la pensée de Nietzsche, est préférable.

THÈSE
Aff : Selon Rousseau, l’homme est fondamentalement libre et a une nature propre constituée de plusieurs éléments.
Justification : En effet, la liberté de l’être humain doit être conservé dans l’état social. La liberté est le principal instrument dont l’humain dispose afin d’assurer sa conservation. Chacun conserve sa liberté, cependant elle n’est pas naturelle. Celle-ci est conventionnelle puisqu’elle est établie par la société, toutefois elle est très étendue. Le fait d’obéir aux lois de la société permet aux humains de conserver leur liberté. La liberté et l’égalité sont des valeurs universelles, cependant, elles ne permettent pas de réduire les humains à un état de soumission et de domination. De plus, tous les humains sont fondamentalement bons, c’est-à-dire avant son premier contact avec la société. Ils ont aussi deux sentiments très importants, soit l’amour de soi et la pitié. Ces deux sentiments sont étroitement liés, ainsi la pitié limite en quelque sorte l’amour de soi d’un individu devant la souffrance des autres. Ces sentiments participent à la création d’une sympathie naturelle. En plus, l’homme à la capacité de s’adapter à diverses situations, cette caractéristique se nomme la perfectibilité.
Illustration : Par exemple, tous les êtres humains ont une liberté d’expression très grande. Un exemple plus précis serait celui des journalistes publiant diverses rubriques et articles quotidiennement. Ils peuvent exprimer leur opinion sans possibilités de sanctions futures. Leur liberté est alors très étendue

en relation

  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    3554 mots | 15 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages