Philosophie de la connaissance

5412 mots 22 pages
PHILOSOPHIE DE LA CONNAISSANCE (s2)

L’esthétique : le beau en philo. Sentiment du beau éprouvé dans la nature.
Question du bien et du mal : la philo s’intéressera à ce domaine : la philo morale, c’est-à-dire l’éthique.
Domaine de la métaphysique : science des choses qui intervient après les sciences de la nature. L’étude des choses les plus importantes (Aristote)

Comment peut-on caractériser la connaissance humaine? Kant : « Que puis-je connaître ? » Y a-t-il des limites à la connaissance humaine ? Y a-t-il des choses que nous ne pouvons pas connaître ? Y a-t-il des limites aux capacités de l’esprit humain ? Nature des connaissances ?
→ Le doute radical, le scepticisme extrême (Descartes) : Pour avoir une certitude, il faut commencer par douter de tout ce que l’on croit savoir. Cela aboutit à « je pense, donc je suis ». (Méthode cartésienne)
→ On peut aussi partir de nos connaissances considérées comme valides, mais comment expliquer ces connaissances ? Quelle est la nature de ces connaissances ? Ici la connaissance est considérée comme acquise, il n’y a pas de doute. * On peut privilégier le rôle de l’expérience : c’est l’empirisme. * Ou on peut privilégier la raison : c’est le rationalisme.

I. L’empirisme
XVII- XVIII, Locke, Hume, Berkeley. Il y a un héritage de ces auteurs dans la philosophie contemporaine; notamment le positivisme logique. Carnap écrit Le dépassement de la métaphysique par l’analyse logique du langage, dans ce courant ; où il y remet en question l’existence même de la métaphysique.
Les empiristes insistent sur l’expérience mais se méfient beaucoup du pouvoir de la raison. Ils considèrent que si nous n’avions pas d’expériences sensorielles particulières, alors nous n’aurions aucune connaissance.
Locke ; Essais sur l’entendement humain (1690) : on insiste sur les 2 sources de la connaissance humaine : la sensation et réflexion. Thèse de Locke : ce que l’esprit connait en premier lieu, c’est lui-même et ses idées et il

en relation

  • Que peut-on apprendre de l'expérience?
    1492 mots | 6 pages
  • L'expérience sensible permet-elle de fonder la connaissance?
    831 mots | 4 pages
  • Le conte philosophoque
    272 mots | 2 pages
  • Le conte philosophique
    1671 mots | 7 pages
  • Trois contes philosophiques
    352 mots | 2 pages
  • Comparaison conte merveilleux et conte philosophique
    1710 mots | 7 pages
  • Étude des trois contes philosophiques
    631 mots | 3 pages
  • Trois contes philosophiques
    829 mots | 4 pages
  • Trois contes philosophiques
    742 mots | 3 pages
  • du conte traditionnel au conte philosophique
    1746 mots | 7 pages
  • Le conte philosophique
    535 mots | 3 pages
  • Dissertation sur le conte philosophique
    639 mots | 3 pages
  • Le conte philosophique
    905 mots | 4 pages
  • Le conte philosophique
    355 mots | 2 pages
  • Trois contes philosophiques
    370 mots | 2 pages