Présentation e coli

Pages: 6 (1481 mots) Publié le: 12 novembre 2012
HISTORIQUE



En 1885, Theodor Escherich, un pédiatre bactériologiste, décrit pour la première fois la bactérie Escherichia coli qu’il isola à partir de selles de nourrissons.

Cette bactérie, appelée aussi communément colibacille, utilise le nom d’espèce coli venant du grec kôlon qui signifie intestin du fait de sa présence dans celui-ci.



Caractères morphologiques etbiochimiques


Microscopiquement, Escherichia coli est un coccobacille, gram négatif, dont la taille varie de 1 à 3 µm de longueur sur 0.7 µm de diamètre environ. Ses extrémités sont arrondies. Il se présente généralement isolé, groupé par 2 ou plus rarement en amas. Dans les cultures âgées, la bactérie peut apparaître sous forme de filaments de 6 à 8 µm.
Elle n’est pas sporulée mais elle est parfoiscapsulée (antigène A), elle a une mobilité par ciliatures péritriche très réduite voire immobile.
Son type respiratoire est aérobie-anaérobie facultatif. La catalase est positive et la réaction à l’oxydase est négative.
Sur gélose nutritive à 37°C, elle forme en 24h des colonies de 1.5 à 3 mm de diamètre, arrondies, lisses (forme S), à bords réguliers qui sont légèrement opaque à refletsblanchâtres et crémeux.

Les caractères biochimiques de cette bactérie sont : [pic]

|Réduction des nitrates en nitrites |
|Fermentation des sucres : |
|(glucose, lactose et mannitol) |
|Production d’indole |
|Absence de production d’H2S|
|RM+ |
|VP- |
|ONPG+ |


Caractères antigéniques

Il existe chez E.Coli 3 principaux types d’antigènes donnant plus ou mois un pouvoir pathogène aux sérotypes de cette bactérie.

1.L’antigène somatique O
Ces antigènes ont une composition lipopolysaccharidiques très complexe. L’antigène O est contenu dans le lipopolysaccharide de la membrane externe des bactéries à gram négatif et inclut un grand nombre d’unités répétées d’oligosaccharides de 3 à 6 sucres dont la combinaison détermine la diversité des antigènes O. Ils comprennent plus de 180 types antigéniques détectables paragglutination avec des sérums pour déterminer le sérogroupe. Mais cette détermination induit d’avoir un sérum par sérotype, c’est pourquoi la technique de sérotypage moléculaire se développe de plus en plus.

2. Les antigènes flagellaires H
Ces antigènes n’ont aucun intérêt au niveau de l’identification des E.Coli pathogènes mais ils présentent un intérêt au niveau épidémiologique et permetalors de s’assurer de l’identité d’une souche. La diversité de ces antigènes est due aux différents types de flagelline composant la structure du flagelle. Ils existent prés de 56 antigéniques dont le typage s’effectue par séro-agglutination ou par sérotypage moléculaire.

3. Les antigènes de surface ou d’enveloppe K
On distingue aujourd’hui plus de 93 antigènes K de structurepolysaccharidique différente. Il existe 3 types d’antigènes qui subissent une étude plus approfondie :
• L’antigène L qui est un antigène de surface thermolabile, ce qui veut dire que le chauffage provoquera une perte du pouvoir antigénique.
• L’antigène A qui est un antigène capsulaire thermostable, ce qui veut dire que seul un autoclavage peut le détruire. Il est souvent retrouvé lorsd’infection urinaire.
• L’antigène B est un antigène à thermolabilité intermédiaire qui est souvent retrouvé chez les E.Coli provoquant des gastro-entérites infantiles.





Conditions de développement et de croissance

• Escherichia coli se développe dans des milieux empiriques riches (milieu à la peptone de caséine de soja additionnée d’extrait de levure, gélose au sang...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • E 42 présentation de l'épreuve
  • Point sur le risque constitué par le mutant e coli o104:h4 producteurs de shigatoxine
  • Présentation projet e=m62012 centrale lille
  • escherichia coli
  • '(-È-y'(è-'(
  • M D E
  • L E
  • E

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !