Problématique sur 3 mots (punir/ surveiller/ eduquer)

263 mots 2 pages
5. Punir / Surveiller / Eduquer

Faut-il surveiller ou punir pour éduquer?

- Depuis notre enfance, nous sommes constamment éduqués en étant surveillé et puni. A l'école, au travail et au cours des différentes étapes de notre vie.
Actuellement, les autorités nous surveillent aussi avec la vidéosurveillance en prétendant toujours l'installer qu'à des endroits essentiels.

- Par exemple, la police qui est payée par l'Etat, afflige une punition à un délinquant pour l'avertir, l'éduquer. Mais cela provoquera seulement la rage de celui-ci et lui donnera envie de faire pire, de punir à son tour. La police, les autorités, qui viennent de l'Etat, cherchent à nous éduquer correctement soit en nous punissant ou en nous surveillant.

- On revient sur la question, faut-il surveiller ou punir?

Je pense qu'il faudrait déjà chercher à éduquer les personnes sans les punir, en leur apprenant de l'auto-discipline. Les parents devraient être les premiers qui montrent à leurs enfants d'être responsables. Surtout dans les familles des délinquants où ils sont puni le plus et où il y a souvent des lacunes lorsqu'on étudie les statistiques socio-familiales. De même, cela apporterait une plus grande satisfaction aux parents et réduirait les troubles physiques et psychologiques chez les enfants. Aussi, cela augmenterait leur estime d'eux-même, leur sens de l'initiative ainsi que leur réussite sociale et scolaire si on les aide à se construire.
L'état devrait organiser des prévention dans les écoles, pour avertir et expliquer que la punition devrait être le dernier recours à

en relation

  • Point de vue de Michel Foucault (sociologie du sport)
    2049 mots | 9 pages
  • Concour magistrature
    6280 mots | 26 pages
  • Criminologie
    7247 mots | 29 pages
  • delequance juvenule
    24017 mots | 97 pages
  • Droit pénal
    61321 mots | 246 pages
  • Iufm Pe1 Formation Generale
    41069 mots | 165 pages
  • Comment acceuillir un chiot a la maison
    15324 mots | 62 pages
  • histoire
    12177 mots | 49 pages
  • Philosophie du droit
    14285 mots | 58 pages
  • La délinquance juvénile
    31490 mots | 126 pages