Procédés litteraires utilisés dans le sonnet "je vis je meurs..." louise labé

Pages: 5 (1204 mots) Publié le: 16 septembre 2012
I. Type de texte.

● Texte poétique.

II.Genre littéraire.

● Grand genre : poésie.

● Genre : sonnet.


III. Situation d’énonciation.

a) Locuteur et destinataire.

Locuteur : Forte présence du locuteur, marquée par la forte présence des pronoms personnes et des déterminants de la première personne du singulier. Mais ce locuteur est anonyme (aucun indice, dans le texte, nepermet de deviner l’identité de l’énonciateur, ni de dire si c’est un homme ou une femme).

Destinataire : Aucun indice, dans le texte, ne permet d’identifier un destinataire.



IV. Thème(s) du texte.

Les tourments causés par l’amour.


V. Les figures de style.

a) Les figures d’insistance.

● Anaphore : « Je vis, je meurs : je me brûle et me noie, / J’ai chaud extrême enendurant froidure » (vv. 1-2).

● Hyperbole : « je meurs » (v. 1) ; « je me brûle » (v. 1) ; « me noie » (v. 1) ; « chaud extrême », v. 2 ; « trop molle », v.3 ; « trop dure », v. 3 ; « grief tourment », v.6 ; « je sèche » (v. 8) ; « je verdoie » (v. 8).



b) Les figures d’opposition.

● Antithèse : « Je vis » (v. 1) / « je meurs » (v. 1) ; « je me brûle » (v. 1) / « me noie » (v.1) ; « chaud extrême » (v. 2) / « froidure » (v. 2) ; « trop molle » (v. 3) / « trop dure » (v. 3) ; « grands ennuis » (v. 4) / « joie » (v. 4) ; « je ris » (v. 5) / « je larmoie (v. 5) ; « plaisir » (v. 6) / « tourment » (v. 6) / « s’en va » (v. 7) / « à jamais il dure » (v. 7) ; « je sèche » (v. / « je verdoie (v. 8) ; « plus de douleur » (v. 10) / « hors de peine » (v. 11) ; « joie » (v. 12)/ « malheur » (v. 14).



c) Les figures d’équivalence.

● Métaphore : « je meurs » (v. 1) ; « je me brûle » (v. 1) ; « me noie » (v. 1) ; « je sèche » (v. 8) ; « je verdoie » (v. 8).

● Personnification : « Amour » (v. 9)





VI. Les figures de son.

● Allitérations en r et, d’une façon plus générale en liquides (r + l), dans tout le texte : « Je vis,je meurs : je me brûle et me noie. / J’ai chaud extrême en endurant froidure : / J’ai grands ennuis entremêlés de joie : / Tout à un coup je ris et je larmoie, / Et en plaisir maint grief tourment j’endure : / Mon bien s’en va, et à jamais il dure : / Tout en un coup je sèche et je verdoie. / Ainsi Amour inconstamment me mène : / Et quand je pense avoir plus de douleur, / Sans y penser je metrouve hors de peine. / Puis quand je crois ma joie être certaine, Et être au haut de mon désiré heur, il me remet en mon premier malheur. ».

● Allitérations et assonances en nasales (consonnes et voyelles prononcées avec un passage de l’air non seulement par le nez, mais aussi par le nez : m + n + an + en + ain + un + on + in), et plus spécialement en m et en an / en, dans tout le texte :

-« Je vis, je meurs : je me brûle et me noie. / J’ai chaud extrême en endurant froidure : / J’ai grands ennuis entremêlés de joie : / Tout à un coup je ris et je larmoie, / Et en plaisir maint grief tourment j’endure : / Mon bien s’en va, et à jamais il dure : / Tout en un coup je sèche et je verdoie. / Ainsi Amour inconstamment me mène : / Et quand je pense avoir plus de douleur, / Sans y penserje me trouve hors de peine. / Puis quand je crois ma joie être certaine, Et être au haut de mon désiré heur, il me remet en mon premier malheur ».







VII. Les procédés métriques et les licences poétiques.

a) Structure du poème

Ce poème est un sonnet, c’est-à-dire un poème de quatorze vers doté d’une structure de rimes particulière.

Au seizième siècle,on écrit généralement le sonnet en un seul bloc. Mais il est devenu de tradition de l’écrire sous forme de deux quatrains suivis de deux tercets. On peut aussi considérer, compte tenu de la structure des rimes des six derniers vers que l’on a deux quatrains suivis d’un sizain.

.

b) Structure des rimes.

Dans ce sonnet, la structure des rimes est la suivante : abba abba cdc cdd...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sonnets "je vis, je meurs", de louise labé
  • Louise labé, sonnets, 1555 « je vis, je meurs »
  • * Louise labé : sonnets : viii
  • Louise labé, je vis, je meurs
  • "Je vis, je meurs" louise labe
  • Louise labé "je vis, je meurs..."
  • Je vis je meurs, de louise labé
  • Louise Labé

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !