Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

1227 mots 5 pages
1°) Le titre de l’œuvre est Cannibale, et il est accompagné sur la première de couverture d’une illustration d’une personne noire, avec une tenue qui provient des civilisations des îles. Cannibale signifie un individu qui dévore ou consomme une être de sa propre espèce » on peut l’appliquer aussi bien aux hommes qu’aux animaux. C’est un homme féroce et cruel. D’ailleurs, le roman se réfère plus aux homme d’après l’illustration, il va donc peu être parlé d’anthropophagie, qui consiste à consommer de la chair humaine. Le mot cannibale été avant prononcé canniba, surtout par Christophe Colomb, et il provient du mot caraïbe caribal. Si l’on regarde l’image de couverture, l’homme semble provenir d’une île, ou d’une civilisation vivant dans la nature, puisque l’on voit qu’il est habillé très légèrement, avec de la végétation, et des bijoux fabriqués avec la nature également. L’illustration est de couleurs plutôt claires, peu être un lien avec les îles. Le roman va donc parler d’un homme, provenant des îles, avec une notion de cannibale. Il y a peut être une notion de racisme également, puisque cannibale est une insulte raciste et péjorative, surtout vers une personne de couleur noire.

2°) Dans le roman Cannibale, la personne qui raconte l’histoire s’appelle « Gocéné » personne de couleur noire et qui est née dans la ville de Canala (p. 18), ville qui se situe sur l’île de la Nouvelle-Calédonie. Gocéné a 75 ans, on l’apprend page 16 : « … a soixante quinze ans comme moi ». C’est une personne plutôt âgée puisqu’on l’appelle «grand-père » exemple page 16 : « tu en veux, grand père ? » ; page 27 « Ce n’est pas une histoire vraie, grand-père… ». Le narrateur est donc un narrateur personnage, c’est son histoire qu’il raconte, une période de sa vie qu’il a vécu. Dans tout le roman, Gocéné parle à la première personne du singulier, « j’ai avalé » p46 ; « je me suis écorché » p56 etc. Le narrateur adopte un point de vue interne, montré par l’utilisation de cette première

en relation

  • Commentaire du poème "spleen : quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle..."
    2232 mots | 9 pages
  • Je te donne ces vers baudelaire
    260 mots | 2 pages
  • Des cannibales
    691 mots | 3 pages
  • Spleen . baudelaire
    774 mots | 4 pages
  • « Quand le ciel bas et lourd »
    1053 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    706 mots | 3 pages
  • Franc Ais E Milie
    429 mots | 2 pages
  • Spleen
    436 mots | 2 pages
  • Les Fleurs du Mal, Spleen IV
    2913 mots | 12 pages
  • Recueil de poèmes
    1132 mots | 5 pages