Quelle place occupe la religion chrétienne dans l'europe des xiè-xiiiè siècles

Pages: 5 (1043 mots) Publié le: 7 février 2012
L’expression « siècle des Lumières » est souvent employée pour désigner le XVIIIe siècle français. Ce siècle est très riche aussi bien sur le plan intellectuel que scientifique ou culturel. Ce mouvement des « Lumières » regroupe différents artistes (écrivains, peintres etc.) ayant le même courant de pensée ou la même sensibilité. Voltaire est un des écrivains du siècle des Lumières.
Par sontalent et son goût pour la polémique, il eut une influence exceptionnelle sur ses contemporains ; pour nous, il reste l'auteur de ces chefs d'œuvre que sont les contes philosophiques comme Candide et Zadig.
Dans Zadig, Voltaire imagine comment son personnage parcourt un voyage initiatique guidé par sa logique. Le chapitre III qui s’intitule « le cheval » en est un exemple ; il narre une mésaventurede Zadig qui est dans l’obligation de démontrer son innocence face à ses accusateurs.
Dans ce chapitre la faculté de raison de Zadig est mise en valeur comme pouvant lui permettre de trouver la vérité. Ainsi il est capable de décrire sans les avoir vus la chienne de la reine et le cheval du roi, mais cela lui porte tort, les animaux étant introuvables ; il est accusé injustement. En effet commentces accusateurs comprendraient-ils qu’un raisonnement logique permet de connaître ce que l’on ne sait pas ?
Le texte met en opposition la réflexion organisée de Zadig et une satire implicite de la justice qui ne sait pas raisonner.
Nous allons tout d’abord regarder comment un raisonnement logique permet de connaitre ce que l’on ne sait pas.
Zadig condamné peut enfin se justifier. Il expliqueà ces juges les étapes de son raisonnement.
On retrouve dans le déroulement de ses explications les phases d’une analyse scientifique.
En premier lieu, Zadig décrit ce qu’il peut voir dans l’ensemble «  sur le sable les traces de l’animal ». Il a « vu » des traces il ne sait pas encore de quel animal il s’agit. Il a ensuite « jugé » que c’étaient les « traces d’un petit chien ».
Comment a-t-ildéduit que c’était un « petit chien ». Il entre dans le détail et explore chaque recoin, note chaque indice qui pourrait l’aider ; comme la profondeur des traces et leurs emplacements : « des sillons légers et long imprimés sur de petites éminences de sable ».
Il peut partir de toutes les informations qu’il a collectées, décrire précisément le petit chien.
Pour l’identification du cheval, il aprocédé à la même analyse. Tout d’abord, une constatation d’ensemble des traces sur le paysage : « des traces sur le chemin », « des marques de fers », « la poussière des arbres, dans une route étroite qui n’a que sept pieds de large, était un peu enlevée à droite et à gauche à trois pieds et demi du milieu de la route ».
Puis il passe à des détails d’observation plus précis. Ceux-ci luipermettent de déterminer le métal des mors et des fers. Le mors a frotté « les bossettes contre une pierre reconnue comme une pierre de touche » ; ils sont en or. Les fers, eux, sont en argent ils ont « laissés sur des cailloux d’une autre espèce qu’il était ferré d’argent à onze deniers de fin ».
Zadig montre ici non seulement son esprit de déduction mais aussi sa connaissance des pierres et son savoiren général.
Au moyen de son argumentation précise, Zadig s’est justifié auprès de ses juges. Il a réussi à les convaincre. Les juges sont en admiration « Tous les juges admirèrent le profond discernement de Zadig ».
Pourtant, ils n’ont pas hésité à le condamner peu avant sans lui demander de justification, et maintenant ils ne remettent pas en cause leur système de justice. Le coupable d’hierdevient un héros sans que personne ne s’interroge. Le dénouement de l’affaire laisse toutefois un gout amer au héros éponyme. Il a été à la merci des juges.
Ces juges, Zadig les critique dans son discours. Nous allons voir maintenant comment le système est décrit par notre héros et en déduire sa critique.
Tout d’abord, on note la rapidité de la sentence. Zadig a été condamné sans procès « on...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Vivre en chrétien entre le XIe et le XIIIe siècles
  • La place de l'eglise et de la religion chrétienne dans la france du xviième siècle
  • Les capétiens du xie au xiiie siècle
  • Sociétés et cultures urbaines de l’Europe médiévale entre le XIe et le XIIIe siècle
  • L'eglise et la pauvreté xie xiiie siècle
  • La chrétienté médiévale (xie
  • La croissance démographique xie-xiiie siècle
  • Église et société du xie au xiiie siècle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !