Queneau

426 mots 2 pages
L’immigration en Italie

L'immigration désigne aujourd'hui l'entrée, dans un pays, de personnes étrangères qui y viennent pour y séjourner ou s'y installer

L'Italie était historiquement un pays d'émigration : les Italiens quittaient notamment le Sud du pays pour aller travailler en France, en Belgique ou s'exilaient aux Etats-Unis. Avec le fort développement économique du pays dans les années 1960, l'Italie devient progressivement un pays d'immigration, en particulier pour des travailleurs d'anciennes colonies italiennes (Somalie, Ethiopie, Erythrée). L'Italie devient une terre d'accueil pour de nombreux réfugiés : 80 000 réfugiés d'ex-Yougoslavie, entre 1992 et 1996, 14 000 réfugiés somaliens en 1992, 30 000 Kossovars en 1999.
L'immigration clandestine devient significative à partir de 1991 avec l'arrivée de plus de 40 000 Albanais sur les côtes des Pouilles (sud-est du pays). A partir de 1992, le sud de la Sicile devient une zone sensible pour l'immigration clandestine : des milliers d'immigrés originaires d'Afrique font naufrage au large de l'île de Lampedusa. En 2004, l'Italie comptait 2,6 millions d'immigrés, soit 4,5 % de la population.

L’image montre des clandestins sur un chaland qui cherchent de la chance et un virage pour leur vie.

Voici les dernières données recueillis sur le phénomène de l'immigration en Italie.
Pour voir de bon oeil les immigrés il faut changer de mentalité et devenir plus solidaires à l’egard de ces gens.
On considère l'immigration un crime, sans avoir réfléchi en premier sur les motifs qui ont poussé les peuples à accomplir un tel geste. Une grande partie du monde est en guerre, souffre de la famine et est tourmentée par épidémies, et pour cette raison les peuples fuient, en quête de survivance. Souvent les immigrés meurent sur un chaland ou ils sont considérés et traités comme criminels, seulement pour le fait d'être étrangers et pauvres. ceci est un des effets causé par les

en relation

  • Queneau
    826 mots | 4 pages
  • Queneau
    3760 mots | 16 pages
  • Queneau
    2544 mots | 11 pages
  • Queneau
    402 mots | 2 pages
  • Queneau
    1016 mots | 5 pages
  • Raymond Queneau
    2141 mots | 9 pages
  • Raymond queneau
    1615 mots | 7 pages
  • Commentaire queneau
    1335 mots | 6 pages
  • Raymond queneau
    355 mots | 2 pages
  • Raymond queneau
    640 mots | 3 pages