Quesnay et la physiogratie

1957 mots 8 pages
QUESNAY ET LA PHYSIOGRATIE

François Quesnay est né le 4 juin 1694 et meurt à Versailles le 16 décembre 1774. C'est un médecin, ainsi qu'un économiste français, sous Louis XV. Issu d'une famille modeste, son père étant un propriétaire terrien, il étudie la médecine et devient maître dans la communauté des chirurgiens de Paris en 1718. Il débute sa carrière à Mantes, et devient chirurgien royal en 1723. En 1744, il reçoit le titre de docteur en médecine. Il devient alors, cinq ans plus tard, le médecin de Madame de Pompadour. Ensuite, en 1751, il rentrera à l'Académie des sciences puis devint membre de la Royal Society en 1725. Après avoir guérit le dauphin de la petite vérole, Louis XV l'anoblira, créant ainsi un contact plus poussé avec la monarchie. François Quesnay s'attèle à l'écriture ; ses premiers ouvrages porteront sur la médecine. En plus de la sphère noble, il côtoie des académiciens dont Buffon, et le philosophe Diderot. Il participera donc à l'écriture d'articles dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. S'intéressant à l'économie, depuis les années 1750, il publiera dans l'Encyclopédie plusieurs articles : évidence ; fermiers : grains : hommes, qui poseront les bases de son système économique. Quesnay écrit ensuite Tableau économique, ainsi que Maximes générales du gouvernement économique d'un royaume agricole en 1758. Ouvrage dont notre extrait est tiré. Ceci est donc un texte public, à portée générale. Notre texte rentre très clairement dans les idées physiocrates de Quesnay. Il expose sa vision de l'économie la plus adéquate pour un pays comme la France. Nous pouvons donc nous demander comment Quesnay envisage l'économie, de façon la plus adéquate et la moins révolutionnaire possible pour la société française.

PLAN : 1/ 2/ 3/ La physiocratie, le rapport essentiel de l'agriculture. Une société divisée en circuit. Le droit naturel, le maintient de la monarchie. Conclusion.

I.

La physiocratie, le rapport essentiel de l'agriculture.

en relation