Rabelais littérature

Pages: 15 (3705 mots) Publié le: 28 avril 2010
*

Commentaire composé

d’un passage du chapitre XXXII du Pantagruel de Rabelais : « Ce pendent, je, qui vous fais ces tant véritables contes […] parce qu’ilz demourent en la gorge de mon maistre Pantagruel ».

Le XVIème siècle, époque de Rabelais, est marqué par l’euphorie de la Renaissance : les découvertes découlant des voyages de grands navigateurs comme Vasco de Gama etChristophe Colomb ouvrent de nouvelles perspectives et augmentent la confiance dans la nature humaine, confiance dont sera fortement imprégnée la littérature de ce temps et où l’on voit naître les premières conceptions humanistes. Dans la situation du passage proposé de l’avant avant dernier chapitre de Pantagruel, Rabelais semble rapprocher sa loupe du spécimen qu’est l’être humain, son objet d’étudefavori : en effet, alors que Pantagruel vient de libérer Utopie (le royaume de son père) de l’emprise du roi Anarche et qu’il décide d’aller envahir le pays de ce dernier, son armée est surprise par une averse dont le bon Pantagruel, encore grandit par l’auteur, voudra la protégé en l’abritant sous sa langue. Le narrateur, voulant y trouver refuge et n’y apercevant plus de place, a l’idée de se mettreau contraire dans sa bouche, lieu de nouvelles découvertes. Ainsi, tout le chapitre se focalise sur « ce que l’auteur veit dedans sa bouche » ce qui laisse présager une lecture sous le signe de la découverte.
Nous verrons ainsi si ce passage parodiant manifestement les récits de voyages du Moyen-Age, ne relèverait pas davantage d’un partage d’une expérience humaniste où l’auteur montreraittoute l’importance de l’esthétique du rire carnavalesque.

Au XVIème siècle, où écrire consistait souvent en une réécriture, telle la mimésis d’Aristote (cf. La poétique), il n’est pas étonnant de retrouver dans ce texte une parodie des récits de voyages du Moyen-Age en vogue à l’époque.
De cette façon, le personnage qui voyage est bien l’auteur et narrateur Alcofribas Nasier(anagramme de François Rabelais) : Gargantua dit après ce passage « D’ont viens-tu, Alcofrybas ? » et l’ensemble du récit est à la première personne du singulier. C’est donc bien le récit de son voyage dont on apprend qu’il dure plus de six mois : « Il y a, (dist-il), plus de six moys. » et on comprend ainsi qu’un épisode est donc passé sous silence : c’est la conquête du pays des Dipsodes dont ilétait question au début du chapitre! Il n’est donc question dans ce passage que de l’aventure d’Alcofribas, ce qui va former une parenthèse hermétique dans les épisodes où il est imbriqué.
De plus, s’y trouve bien sûr un élément indispensable au récits de voyages: la découverte de nouveaux territoires. C’est sur ce point qu’insiste l’auteur avec une répétition de l’adjectif « nouveau » dans ledialogue avec le planteur de choux : « nouveau monde », «nouveau », « terre neufve ». D’autre part, de nombreux signes d’étonnement accompagnent sa vision lorsqu’il entre dans la bouche de Pantagruel: « ô Dieux et Déesses, que veiz-je là ? », « Juppiter me confonde de sa fouldre trisulque si j’en mens », « tout esbahy », « Jésus ! », « fort esbahy ». Le thème de la découverte est donc bien abordédans le récit où la vue est le sens le plus utilisé par le narrateur : «que veiz-je là ? », « y veiz », ce qui lui permet bien sûr de trouver, découvrir: «Le premier que y trouvay », « je trouvay un compaignon », « je trouvay », « et là trouvay les plus beaulx lieux », « Puis trouvay une petite bourgade ».
Enfin, il s’agit bien d’une parodie, puisque l’humour est bien présent dans le texte.Cet humour porte d’abord sur les décalages qu’on y rencontre. Le premier est celui des proportions du géant Pantagruel qui semble « adaptable à la situation » ! En effet, si celui-ci a pu auparavant faire un voyage dans le même navire que ses compagnons, il est maintenant capable d’héberger plusieurs peuples et terres. Le narrateur met en effet l’accent sur la superficie et la quantité que la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Rabelais
  • Rabelais
  • Rabelais
  • RABELAIS
  • Rabelais
  • rabelais
  • Rabelais
  • Rabelais

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !