Racisme au nom de la liberté individuelle

Pages: 6 (1364 mots) Publié le: 26 avril 2012
Au nom de la liberté individuelle peut-on admettre le racisme au sein de la société ?
Hitler et Maurras se sont trompés. Le concept de race est un non-sens : Jacquard montre que c’est un raisonnement d’ordre passionnel et que donc les arguments logique (les différences sont au sein du groupe) et biologique (homogénéité du patrimoine génétique humain), qui sont par ailleurs juste, ne peuventconvaincre le raciste. Ce dernier cultive un mépris pour l’existence des autres groupes car il a un manque de confiance en lui et il a peur de l’échange. Il faut lutter sur d’autres plans que la raison logique et scientifique pour vaincre le racisme. Todorov dit que les races n’existent pas car tout homme est libre et donc perfectible. C’est à lui d’échapper au déterminisme culturelle. Les hommesappartiennent au genre humain et partagent les mêmes valeurs absolues (universalité). Est-ce grâce à cette même liberté, qui permet à Todorov de démontrer que le concept de race est non-opérationnel, que le racisme est admis dans notre société ?

Le racisme est avant tout une pensée. La pensée que l’autre, l’inconnu, est nuisible et inférieur. Elle peut être inculquée par l’éducation parentale etculturelle reçu dès l’enfance et/ou elle est réfléchie. Cette pensée est un non-sens comme nous le prouve Jacquard dans son texte « Qu’est que le racisme ? », notamment grâce à la génétique. Il donne la preuve que tous les hommes ont le même patrimoine génétique, il n’y a donc pas de races. S’il y a bien une race, c’est l’espèce humaine. Pour qu’une réflexion ait un sens, il faut prendre du reculet avoir une logique dicté par la raison. La réflexion raciste est faussée car elle est animé par la passion, la peur de l’inconnu et le mal être intérieur. Elle reflète un manque de confiance en soi, comme rapporte Jacquard, s’exprimant par une survalorisation de son groupe et une dévalorisation des gens appartenant aux autres cultures. C’est une réflexion égoïste et ethnocentrique, le raciste neprend pas de recul et se centre sur lui-même. Bien que cette pensée est clairement illogique et néfaste pour le genre humain, chaque individu a le droit de pensée ce qu’il veut. Selon Todorov : « la liberté est le trait distinctif de l’espèce humaine. ». L’Homme est donc libre car il a une conscience et une intelligence. La liberté qui prévaut toutes les autres est certainement la liberté depensée. Descartes a dit : « Je pense donc je suis. ». Cela signifie que l’existence d’un être humain est validée par sa capacité à penser et que grâce à sa pensée, il est unique. Cette liberté est primordiale pour exister en tant qu’être humain. Puisque cette liberté existe, chacun a le droit d’adhérer aux pensées racistes. Mais les pensées d’un homme se retrouvent généralement dans ses actes et notresociété actuelle n’est pas (ou plus) en accord avec les actes racistes. Une frontière existe entre l’acte et la pensée.

L’Homme est un être social. Il a besoin de la société pour se construire. Les autres sont un repère qui permet à l’un de se former et de sans cesse évoluer. « Les autres sont au fond ce qu'il y a de plus important en nous-mêmes pour notre propre connaissance de nous-mêmes »dit Sartre en préambule de l’enregistrement phonographique de sa pièce « Huis clos ». Le regard de l’autre sur l’un lui apprend qui il est véritablement et le rassure sur sa propre existence. Mais vivre en société aujourd’hui (société occidentale) demande une organisation complexe pour que chacun ait sa place et soit respecté. L’Homme doit donc se mettre des limites. Ces limites représentent lesvaleurs partagées par la majorité de la communauté. En Occident, les valeurs les plus prônées sont les droits de l’Homme, la démocratie et un équilibre relatif entre liberté et égalité. Une phrase résume très bien cet équilibre, une citation de John Stuart Mill: « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ». Chacun peut suivre son libre arbitre et sa liberté de spontanéité tant...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L’etat peut il limiter les libertés individuelles au nom de la dignité de la personne ?
  • Libertés individuelles
  • La liberté individuelle
  • la liberté individuelle
  • Libert individuelle
  • Liberté individuelle
  • Liberté individuelle
  • Au nom de la liberté

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !