Raymond queneau '' même en cas d’arrêt prolongé ''

Pages: 14 (3367 mots) Publié le: 14 avril 2011
Sujet 1 : commentaire de texte
Introduction
Dans le monde de la poésie, Raymond Queneau occupe une place un peu à part : son écriture a des allures de dilettantisme, prend des accents presque prosaïques, et se veut résolument ancrée dans le quotidien du monde moderne. Pourtant, ce mélange de fantaisie et de nonchalance laisse souvent percer les doutes et les angoisses de ce poète du xxe siècle.Ainsi, le poème en vers libres « En cas d'arrêt même prolongé », extrait du recueil Courir les rues, se présente comme le récit d'une anecdote dérisoire – une panne de métro – qui débouche soudainement sur une vision cauchemardesque, avec une véritable invasion de fantômes se livrant à une danse macabre. Comment le poète métamorphose-t-il une scène banale en vision hallucinée ? Nous verrons toutd'abord comment Queneau présente cette expérience apparemment anodine de façon prosaïque et même humoristique. Nous étudierons ensuite l'irruption du rêve et de l'angoisse dans ce poème.
I. Une description teintée d'humour d'une expérience banale
1. Un croquis minimaliste
Le poème se caractérise d'emblée par une impression de minimalisme. Il narre brièvement l'anecdote, il se compose simplementde 27 vers libres, d'ailleurs plutôt courts, le vers 3 ne comportant que deux syllabes et le vers 22 une seule ! De façon générale, les phrases sont extrêmement courtes, en particulier au début et à la fin du poème. Elles expriment des événements purement factuels, comme le soulignent les nombreux verbes d'action : « le métro tombe en panne/ les lumières s'éteignent […] personne ne bronche ». Larapidité et la concision du récit sont accentuées par la présence de phrases nominales très brèves comme « silence » ou « pas un falot ». En outre, l'absence de toute ponctuation et de toute majuscule combinée à la fragmentation du poème, divisé en nombreuses strophes séparées par des blancs importants, renforce l'impression de minimalisme, voire de sécheresse, que peut produire ce mince récit quin'est même pas clos par un point final. Ce poème peut d'ailleurs apparaître d'autant plus anecdotique qu'il s'ancre dans un univers quotidien et banal.
2. Une anecdote banale et prosaïque
L'anecdote elle-même se caractérise par une grande indétermination. En effet, en dehors de la mention du métro, il n'y a pas d'autres indices spatio-temporels, et tout le récit est sobrement narré au présent.Les personnages restent eux aussi indéterminés, comme l'indiquent les pronoms indéfinis « personne », « quelqu'un » ou le déterminant indéfini dans « un plaisantin ». Le « je » du poète semble absent de ce texte et n'apparaît pas explicitement, le récit étant narré à la troisième personne. Cette indétermination accentue le caractère anecdotique de l'épisode. L'impression de banalité qui se dégagede l'expérience racontée est aussi liée à la présence d'éléments résolument prosaïques. Ainsi, la scène se situe dans le « métro », et le récit mentionne les « affiches » publicitaires qui en couvrent les murs et les « wagons ». Toutes ces références inscrivent donc le poème dans la modernité. De façon provocante, le titre lui-même confère d'emblée une dimension triviale au texte, puisqu'il s'agitd'une citation exacte des consignes de sécurité généralement diffusées dans les transports en commun. De plus, le poème comporte des termes relevant d'un niveau de langue familier, comme « bronche », qui est répété, ou « s'amène ». Ces termes accentuent ainsi l'ancrage prosaïque du poème tout en lui donnant un caractère plaisant.
3. L'humour du poète
Le récit proposé par le poète ne manque pasd'humour. Le vocabulaire familier utilisé témoigne bien sûr d'une volonté de ne pas se prendre trop au sérieux. En outre, le poète évoque « un plaisantin » qui semble être à l'origine de l'apparition des spectres. En effet, les interjections « hou hou » qu'il lance sont communément associées aux fantômes et proférées par les enfants qui jouent à se faire peur. Cependant, ici, elles débouchent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Raymond queneau
  • Raymond Queneau
  • Raymond queneau
  • Raymond queneau
  • Raymond queneau
  • Raymond queneau
  • Raymond queneau
  • Raymond queneau

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !