Revolution marginaliste

3489 mots 14 pages
CHAPITRE 1 : LA RÉVOLUTION MARGINALISTE:
SECTION 1 : LA GENÈSE DE LA RÉVOLUTION MARGINALISTE:
Si l'on devait retenir une théorie de la valeur travail, il vaudrait mieux se référer à MARX plutôt qu'à SMITH et RICARDO qui ont fait en soit, beaucoup d'erreurs. La théorie de la valeur travail se pose la question : «d'où viens la valeur des marchandises?» Les classiques pensaient que c'était le travail qui lui conférait sa valeur. Il aura alors une valeur avant d'arriver sur le marché. SMITH parle ainsi de prix naturel. Avec les marginalistes, on ne se pose plus la question de la valeur marchande. Selon eux, la valeur d'une marchandise est son prix qui se résulte de la confrontation entre l'offre et la demande. D'où viens la genèse de la révolution marginaliste? La révolution marginaliste fait référence à la découverte pratiquement simultanée au début de l'année 1870 du principe de l'utilité marginale décroissante par trois auteurs : JEVONS, MENGER et WALRAS. Ils vont tous les trois de manière indépendante puis simultanée et donc sans communication entre eux, présenter des théories, des articles... sur ce concept. Cela reste de nos jours une énigme.

I) LA RUPTURE AVEC L'ÉCONOMIE POLITIQUE CLASSIQUE
L'économie politique classique (JOHN STUART MILL, SMITH et RICARDO) vont prôner la concurrence car celle-ci est supposée étendre le marché en instaurant une amélioration de la division du travail. Dans cette optique, le bien être économique est conçu comme étant proportionnel au volume de production. Le centre d'intérêt de l'économie politique classique va être d'étudier l'impact de la variation des facteurs de production (capital fixe et travail variable) sur le taux de croissance du revenu. Soit ΔY ΔL et ΔK Avec la révolution marginaliste, les économistes s'intéressent à l'optimalité de la répartition des ressources productives en considérant l'offre de facteurs comme fixe. On va s'intéresser à l'allocation optimale des ressources. Soit Y L et K ΔY ΔL et ΔK # Y L

en relation

  • Revolution marginaliste
    2099 mots | 9 pages
  • Le courant néo-classique
    797 mots | 4 pages
  • Economie de marché
    512 mots | 3 pages
  • Peut on parler d'un retour de classes en france
    1878 mots | 8 pages
  • Cours d'économie
    2416 mots | 10 pages
  • Introduction a l'economie generale
    1056 mots | 5 pages
  • Crise
    2391 mots | 10 pages
  • Sociologie economie
    1161 mots | 5 pages
  • Classiques et néoclassiques.
    1373 mots | 6 pages
  • La méthode ensembliste
    800 mots | 4 pages