Rhinocéros Ionesco Bérenger

790 mots 4 pages
1- La médiocrité humaine
La réaction de Bérenger au départ de Daisy est en décalage avec la gravité de la situation: considération touchante mais ridicule (« Tu n'as même pas déjeuner! » l 7-8), égoïsme (« Daisy, ne me laisse pas tout seul! » l 8), des constats banals (« Evidemment. On ne s'entendait plus. Un ménage désuni. Ce n'était plus viable. » l 11-12), le souci des convenances (« Mais elle n'aurait pas dû me quitter sans s'expliquer. Il regarde partout. Elle ne m'a pas laisser un mot. Ca ne se fait pas. » l 12 à 15), la culpabilité et l'apitoiement (« C'est ma faute … de monstres! » l 23 à 27). De plus, Bérenger songe à intervenir pour raisonner les rhinocéros et les inciter à redevenir des êtres humains (« Il n'y a pas d'autre solutions que de les convaincre » l 33-34), mais aussitôt il énumère les difficultés: il ignore si une métamorphose en sens inverse est possible (questions répétitives « Et les mutations sont-elles réversibles? Hein, sont-elle réversibles? » l 34 à 36); il ne se sent pas à la hauteur de la tâche (hyperbole « un travail d'Hercule » l 36); Il ne sait comment établir le contact avec eux (« D'abord, pour les convaincre, il faut leur parler. Pour leur parler, il faut que j'apprenne leur langue. Ou qu'ils apprennent la mienne ? » l 37 à 40). Pire encore, il est la proie du doute: il n'est pas sûr de l'intérêt d'être un homme (« les convaincre de quoi ? » l 34) ne de la supériorité de l'homme sur le rhinocéros (« Et si, comme me l'avait dit Daisy, si c'est eux qui ont raison ? » l 47-48); il n'est plus sûr du sens de son langage ( accumulation de questions angoissées de la line 40 à 46); il ne perçoit plus l'identité humaine comme une évidence: « Il se regarde en passant la main sur sa figure. Quelle drôle de chose! A quoi je ressemble alors ? A quoi ? » (l 50 à 52) Il reconnais de moins en moins sa propre image, il a besoin d'observer des tableaux pour avoir la confirmation qu'il s'agit bien de lui (l 56 à 60). La répétition de « c'est moi

en relation

  • Rhinocéros, e. ionesco : monologue de bérenger
    779 mots | 4 pages
  • Travail d'invention rhinoceros jean et bérenger de ionesco
    450 mots | 2 pages
  • Commentaire littéraire ionesco rhinoceros le monologue final de bérenger acte iii
    3225 mots | 13 pages
  • Eugène Ionesco : Rhinocéros Le début de l’Acte 1 : Début de la pièce à « Jean et Bérenger se sont assis »
    491 mots | 2 pages
  • Introduction-conclusion de commentaire composé sur le monologue final (fin acte iii) de bérenger dans rhinocéros de ionesco
    300 mots | 2 pages
  • Rhinocéros, eugène ionesco
    1867 mots | 8 pages
  • Rhinoceros
    2530 mots | 11 pages
  • Les themes de rhinocéros
    1505 mots | 7 pages
  • Ionesco
    11362 mots | 46 pages
  • Monolgue berenger
    7692 mots | 31 pages