rituel anthropophage des tupinamba

1504 mots 7 pages
I. Cérémonie consacrée au sacrifice du prisonnier
Les vieillards étaient tués et mangés immédiatement, quant aux jeunes, ils pouvaient rester en captivité plusieurs années. Les vieillards pouvaient mourir de vieillesse à n'importe quel moment alors que les jeunes avaient le temps devant eux.
Lorsque la date du sacrifice est fixée, le conseil constitués des chefs de famille et des principaux guerriers invitent les autres villages à la fête. Le sacrifice est donc une activité communautaire qui permet de réunir les gens et ainsi établir des liens sociaux.
Le groupe préparait la cérémonie, seuls les chefs de famille ou grands guerriers tissaient la corde appelée "mussarana", destinée à attacher la victime durant le sacrifice. On préparait la massue servant à fendre le crâne de la victime et à la veille de sa mort, on y ajoutait des cordons et des pompons de coton. Les femmes fabricaient des vases et les jeunes filles préparaient des boissons fermentées. Ces préparatifs font vivre la communauté et relient les hommes entre eux. Ils sont tous réunis pour une seule et même chose.
Le sacrifice se fait sur la place du village, lieu de réunion principal du village où tous les habitants se retrouvent.
Le premier jour on apporte la corde qu'on recouvre de chaux et qu'on laisse sécher en la suspendant à des fourches sur la place du village. A son arrivée, la foule se met à crier.
Le deuxième jour, on fait brûler des bottes de roseaux en cercle et les villageois dansent autour.
Le troisième jour, les hommes et les femmes dansent en martelant le sol en rythme au son d'une trompette sur la place du village.
Le quatrième jour, le prisonnier procède à sa dernière toilette. Celui ci est lavé et rasé par des femmes qui ne cessent de chanter. C'est une purification de la victime pour le sacrifice. Elles lui collent ensuite de la résine ou du miel et le recouvrent de plumes. Au coucher du soleil, les villageois se réunissent pour "la danse de la biche" pour boire et danser.

en relation

  • Le rituel anthropophage des tupinamba, jean de léry
    1820 mots | 8 pages
  • nu feroce et antropophage
    660 mots | 3 pages
  • Hans Staden
    10055 mots | 41 pages
  • L'amazonie, source d'inspiration littéraire.
    6425 mots | 26 pages
  • rien
    95919 mots | 384 pages
  • bac Sujets de Fran ais 1re L ES S
    85929 mots | 344 pages
  • Bonjour
    86148 mots | 345 pages
  • SUJET DE FRANCAIS
    129859 mots | 520 pages
  • cahier francais
    69931 mots | 280 pages