Sénèque les Bienfaits

1828 mots 8 pages
Être généreux avec autrui, est-ce une manière déguisée d’attendre quelque chose en retour, ne serait-ce qu’une reconnaissance ? Autrement dit, le don n’est-il qu’une forme d’échange intéressé ?

À la question de savoir si la générosité peut être désintéressée, le stoïcien Sénèque répond, dans cet extrait de l’ouvrage Les Bienfaits, que si l’on peut tirer une satisfaction à faire le Bien, l’intérêt reste secondaire par rapport à ce que pourrai être un « vil calcul » ; en ce sens la morale elle-même peut être désintéressée.

Pour établir sa démonstration, Sénèque commence par un raisonnement par l’absurde qui rend intenable toute position utilitariste. Il nuance ensuite son propos expliquant que s’il existe un plaisir à être généreux, cela ne fait pas du don une activité systématiquement intéressée. Enfin, il conclut en illustrant sa thèse avec l’action du mourant qui fait son testament et qui, de toute évidence, ne peut en tirer de bénéfice.
1. L’hypothèse d’une générosité par calcul est intenable
A. L’hypothèse utilitariste

L’utilitarisme fait de l’utilité le critère principale de l’action morale : une action ne serait bonne que dans la mesure où elle s’associe à un avantage personnel. La philosophie épicurienne à laquelle s’oppose Sénèque dans ce texte prétend concilier vertu et plaisir, c’est un hédonisme : la générosité doit et peut exister pour le propre plaisir de celui qui la pratique.

Or la générosité, par définition, désigne l’attitude de celui qui donne volontiers. Chez Descartes, la générosité correspond même à la conscience du bon usage que l’on peut faire à l’infini de sa volonté. Cette vertu morale serait la clé de toutes les autres, car elle indique que l’on peut toujours sacrifier ses intérêts égoïstes au nom du Bien.
B. Réfutation

Elle s’oppose ainsi au « vil calcul » d’une action faite par intérêt que dénonce ici Sénèque. En effet, être généreux pour se procurer égoïstement des avantages est une contradiction. Sénèque va donc

en relation

  • Seneque, les bienfaits
    1040 mots | 5 pages
  • Texte de sénéque
    3414 mots | 14 pages
  • Sénèque, sa vie son oeuvre
    5121 mots | 21 pages
  • Bac philo 2011 - es
    2198 mots | 9 pages
  • Seneque
    4483 mots | 18 pages
  • Cinna, corneille : dénouement
    3200 mots | 13 pages
  • Sénèque
    4258 mots | 18 pages
  • Hijo de la luna
    593 mots | 3 pages
  • Sénèque Philosophe
    1077 mots | 5 pages
  • Est-ce que l'intelligence pratique est un bienfait pour l'humanité? pourquoi j'ai mangé mon père
    1043 mots | 5 pages