Science et morale

Pages: 9 (2097 mots) Publié le: 22 février 2011
Janson Camille KH

DM de Philosophie

Sujet : La science peut elle soustraire des techniques qu’elle rend possible à tout questionnement de nature morale ?

La morale consiste en des normes, un ensemble des règles d’actions et de valeurs qui permettent de juger de ce qui est bon ou mauvais en vue de l’accès à un bien idéale, individuel ou collectif dans une société donnée. Ce sujetmontre que c’est la science qui permettrai de soustraire les techniques qu’elle rend possible à un questionnement moral. Cela place donc la science, sans doute par le prestige de ce savoir qui par définition doit s’approcher au plus prêt de la vérité, au dessus des autres pratiques, faits humains qui eux sont toujours soumis à des interrogations morales. Ce serait donc parce qu’elle permet l’accèsà la vérité et au progrès qu’elle se situerait au dessus des lois de la morale. Cependant n’est-ce pas justement parce que la science rend possible des applications techniques que l’on se doit de la mettre en question ? de lui imposer un jugement de nature moral ? Le débat concernant l’inclusion de la morale en science prend une dimension de plus en plus importante, son évolution estproportionnelle à l’évolution du progrès scientifique. Nous allons voir dans qu’elle mesure la quête de la vérité et du progrès que représente la science légitime toute application technique. Pour cela nous étudierons dans un premier temps le statut de la science aujourd’hui. Nous nous interrogerons sur la responsabilité du scientifique. Ensuite, nous nous concentrerons sur la nécessité de la soumission de latechno-science à la morale. Enfin, nous verrons que définir des limites morales en science n’est pas facile.

La science n’est sans doute pas dangereuse en elle-même, mais son application peut le devenir. La science a acquéri un statut qui la mystifie, on pense souvent que le bonheur humain sera atteint grâce à la techno-science donc on cherche toujours plus, toujours mieux, on va toujours plusloin. On peut penser, que la science aspire à un but commun à la morale : un bonheur idéal. En effet, la science cherche des applications techniques qui, que ce soit dans le domaine de la médecine ou de la technologie ont pour but d’améliorer notre mode de vie en terme de santé ou de confort par exemple. Le danger de la science, c’est la pratique de la science pour la science, quand le scientismequi est la religion de la science, stimule la présomption, ou quand les intérêts propres de la science imposent de nouveaux possibles. Dans notre société s’est crée une sorte de fétichisation de la science qui fait que l’on a tendance à penser que oui, les techniques que permet la science peuvent être soustraites à un questionnement morale. Parce que l’on vit dans un monde capitaliste ou leprogrès est nécessaire au développement économique, il est de plus en plus difficile de limiter la science qui est désormais fiancée par l’Etat. Faire intervenir la morale en science, c’est lui poser des limites, c’est rendre possible le fait de porter un coup d’arrêt à des recherches, d’interdire complètement une innovation scientifique. Cela a donc pour conséquence de limiter un des plus grand pouvoirde l’homme qui semble être celui que lui confère la science, grâce à elle il peut progresser, se battre contre la nature, améliorer son confort, sa santé, se protéger…. Ces limites concernent aussi ce qui est le moteur de toute recherche, le désir et le plaisir. Pour que la connaissance soit le moteur d’une activité il faut que s’associe un plaisir à sa création. En soumettant la science à unquestionnement qui peut décider de mettre fin au recherche ne risque t on pas d’affaiblir ce désir ?

Le désir est effectivement un problème, l’homme a un désir de progrès auquel il est difficile de mettre des limites, la pulsion du savoir est en quelque sorte l’orgueil de l’homme. Il semble pourtant que ce soit cette ambition qui soit un danger et nécessite un encadrement moral. Bien sur,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Morale et science
  • Faut-il de la morale en sciences ?
  • L'économie est une science morale. sen
  • Economies morales et sciences sociales
  • Science et morale selon berthelot
  • L'économie est une science morale
  • Note de lecture de berthelot "science et moral"
  • L'économie est une science morale amartya sen

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !