Selon vous, l'illusion créée par le théâtre éloigne-t-elle le spectateur de la vérité ou lui permet-elle de s'en rapprocher ?

Pages: 13 (3171 mots) Publié le: 3 janvier 2012
Le théâtre, dans son texte et dans sa représentation, est peut-être le genre littéraire le plus conventionnel et semble, par ses artifices matériels et ses conventions, nous écarter du réel et de la vérité. Les termes métaphoriques « jeu » et « jouer » qui font partie du vocabulaire dramatique, indiquent bien ce côté factice et illusoire. Mais le théâtre est-il seulement artifice et conventions,qui, paradoxalement, créent l'illusion théâtrale à laquelle le spectateur aime se laisser prendre ? Ou dévoile-t-il la vérité ?
S'il n'est pas, comme le dit Hugo, « le pays du réel », ne dépasse-t-il pas l'artifice pour viser une authenticité humaine et nous reconduire, par des détours, à ce que Hugo appelle le « vrai » ?

Le théâtre est essentiellement « représentation ». Or « représenter »signifie « remplacer », « tenir lieu de », « figurer » (comme en peinture). Le verbe implique la notion d'illusion. Et, de fait, rien n'est vrai au théâtre. Tout ce qui fait la réalité de notre vie – le lieu, l'espace et le temps, mais aussi la parole – y est transformé. Diderot note : « On se rend au spectacle avec la persuasion que c'est l'imitation d'un événement et non l'événement même qu'on yverra » (Les Bijoux indiscrets).

La mise en scène – avec les ressources de la scénographie – a une matérialité factice, aisément visible.

Le lieu n'est pas le lieu

Au théâtre, le lieu est illusion : le spectateur admet que la scène présente comme réel un lieu en réalité factice et que les deux cents mètres carrés de la scène représentent une forêt dans le deuxième acte de Dom Juan, unchamp de bataille dans Cyrano de Bergerac.

Un décor de carton

Victor Hugo, dramaturge lui-même, explique très concrètement : « Le théâtre n'est pas le pays du réel : il y a des arbres en carton, des palais de toile, un ciel de haillons, des diamants de verre, de l'or de clinquant, du fard sur la pêche, du rouge sur la joue, un soleil qui sort de dessous la terre. »

« Toutes les réalités de lascène, […] le jeu de l'acteur, l'éclairage sont des réalités qui représentent d'autres réalités […] La scène représente le lieu de l'action (une ogive gothique représente un château), la lumière blanche représente le jour, la lumière bleue la nuit, la musique représente un événement (cri de guerre) […]. » Les masques de l'Antiquité amplifient et déforment voix et visages pour mieux soulignerl'identité du personnage : une bouche au rire largement ouvert signale le personnage comique… De même, les costumes, aux couleurs souvent tranchées, prennent une valeur symbolique : le traître de mélodrame est vêtu de noir et porte un large chapeau qui lui couvre le visage pour mieux montrer sa vilenie (on peut penser au manteau noir de Don Salluste de Hugo et à la livrée qui trahit en Ruy Blas levalet). La commedia dell'arte abondait en codes simples qui permettaient au spectateur de se repérer et de comprendre les enjeux de l'intrigue.

Ainsi, dans La Comédie du langage, de Jean Tardieu, une branche d'arbre en fleur donne l'illusion d'un « beau soir de printemps ». Les épées ne tuent pas, le sang n'est que de la peinture rouge et le poison ne tue pas vraiment Hernani, Doña Sol et le vieuxRuy Gomes…

Comble de l'illusion : dans certaines pièces l'illusion spatiale se complique ; par un effet de mise en abyme, la pièce représente une pièce dans la pièce. Dans L'Illusion comique, de Corneille, les personnages jouent le rôle d'acteurs jouant une pièce : le lieu est doublement factice… (Vous pouvez aussi utiliser les exemples du corpus.)

Le lever et de le baisser de rideau, lesjeux d'éclairage – l'alternance lumière et noir – sont autant de signes conventionnels qui marquent les limites du spectacle et coupent le théâtre du réel.

Le temps lui aussi est illusion : le spectateur admet que deux heures de spectacle équivalent à une journée réelle, voire à plus de dix ans dans Cyrano de Bergerac… Le temps du spectacle raccourcit étrangement le temps de la fiction et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Selon vous, l'illusion créée par le théâtre éloigne-t-elle le spectateur de la vérité ou lui permet-elle de s'en...
  • La poèsie permet elle de s'échapper à la réalité ou de s'en rapprocher
  • Le roman nous rapproche ou nous éloigne-t-il de la réalité ?
  • Le spectateur et le théâtre
  • Le spectateur au théâtre
  • Le spectateur au théatre
  • En quoi peut on dire que le théâtre est le lieu de l'illusion et en même temps de la vérité?
  • Le théâtre n'est-il qu'artifice et conventions, ou l'illusion théâtrale dévoile-t-elle la vérité ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !