Si quelqu’un arrive à la connaissance, c’est bien souvent aux dépens de son bonheur

Pages: 6 (1392 mots) Publié le: 3 décembre 2009
« Si quelqu’un arrive à la connaissance, c’est bien souvent aux dépens de son bonheur »
Erasme

Pour commencer, définissons les mots connaissance et bonheur. La connaissance est ce que l’on a acquis par l’étude ou la pratique. Le bonheur est un état de complète satisfaction, de plénitude. D’après Erasme, si une personne acquiert lesavoir par des études et expériences, il l’obtient avec insatisfaction. Le chemin vers la connaissance enlèverait-il le bonheur ? Pour répondre à cette question, il faudrait poser le problème autrement : ‘la connaissance est-elle compatible avec le bonheur ’ou ‘la connaissance est-elle incompatible avec le bonheur ’ ?

La connaissance est d’après Erasme incompatible avec le bonheur. En effet, àforce de toujours vouloir connaître plus, on peut oublier les raisons pour lesquelles on a commencé à s’instruire. Ces raisons peuvent être multiples. On veut toujours savoir plus pour notre satisfaction personnelle, pour l’argent, pour le pouvoir, pour son orgueil, ou encore pour une renommé extraordinaire … Prenons le cas d’un médecin, sa vocation première en voulant devenir médecin est de sauverdes vies et de se voir récompenser par le sourire de gratitude de ses patients. Ce même médecin, par la suite, voudrait s’élever de plus en plus haut dans la hiérarchie en perfectionnant ses connaissances. Ainsi, il a plus de compétences pour pouvoir soigner les gens. Mais en s’élevant dans cette pyramide, il serait confronté aux mauvaises langues et à la jalousie des gens. Dès lors, il pourraitse refermer devant la nature humaine cruelle. Il ne travaillerait donc plus que pour lui-même, pour sa survie au sein de ce monde, oubliant son but de départ. De même pour un professeur d’école, il est devenu ce qu’il est car il voulait aider des élèves ou suivre le même parcours que son propre professeur, trouvant ce métier admirable ou encore pour tout autre raison personnelle. Mais une foisarrivé à l’école, face à des élèves chahuteurs, jour après jour, son but peut changer : maîtriser ces bandes de ‘barbares’ et finir au plus vite cette année scolaire. Au sein d’un monde cruel, les personnalités des gens se renforcent. Ils s’adaptent et font de leur mieux pour pouvoir vivre comme ils le veulent, parfois aux prix des raisons qui les ont poussées à être ce qu’ils sont. Tout être humaina ses limites. Une fois ces limites dépassées, il lui est difficile de ne pas s’énerver, de s’en prendre aux autres ou à lui-même et même parfois de se contredire dans ses paroles et ses choix. Dès lors la constatation d’Erasme se justifie.
Néanmoins, si celui-ci ne dépasse pas ses limites, on peut penser qu’il a toutes les chances de trouver le bonheur. Car si la personne travaille et combatpour son rêve jour après jour, gardant bien sa tête sur ses épaules, il y a peu de chance qu’elle oublie les raisons de son dur labeur. Reprenons l’exemple du docteur. Arrivé en haut de la pyramide, accablé par sa situation, le regard des autres et le stress, il s’écroule. Mais s’il arrive à bien gérer ses relations sociales et à canaliser son stress, ses préoccupations se réduisent. Il peut doncplus se concentrer sur son travail, sa vie de couple, ses enfants… trouvant ainsi son bonheur. Quant au professeur, s’il explique ses règles et montre son autorité dès le début de l’année scolaire à sa classe, il y a de fortes chances qu’il ait une joyeuse et heureuse année avec ses élèves et qu’il prenne beaucoup de plaisir à leur enseigner la matière. L’être humain est égoïste. On est dans unesociété où l’on pense d’abord à soi et à sa survie avant celle des autres. Mais on ne peut pas pour autant vivre seul et reclus. On a besoin de gens autour de soi. Et pour ne pas être dépassé par des quelconques événements, on pose ses limites. On peut donc jongler avec sa situation familiale, son travail, ses relations extérieures… et se sentir bien, ce qui est le premier pas vers le bonheur....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Si quelqu'un arrive à la connaissance, c'est bien souvent aux dépens de son bonheur.
  • Si quelqu'un arrive à la connaissance, c'est bien souvent aux dépens de son bonheur
  • Si la main invisible semble souvent invisible, c’est qu’elle n’est souvent pas là !
  • Dissertation : si le classicisme impose des contraintes en littératures, c'est parce qu'elles sont bénéfiques aussi bien...
  • A quoi bon travailler si c’est si difficile ?
  • C'est pour ton bien
  • C'est bien
  • C'est pour ton bien

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !