Souffrance au travail

Pages: 7 (1633 mots) Publié le: 14 mai 2013
LE PHÉNOMÈNE DE LA CONVERSION














M1 Psychologie sociale du travail et des organisations
Introduction
Le mot conversion vient du latin (conversio) qui signifie un retournement ou encore un changement de direction. Le phénomène fait donc référence a toutetransposition ou changement. Le présent document portera sur l’explication du phénomène, l’évolution historique du phénomène ainsi que ses différents aspects.
La conversion peut consister d’un changement d’ordre mental (psychique) qui pourra aller de la simple modification d’une opinion jus qu’a une transformation totale de la personnalité.
Le mot latin conversio correspond en fait à deux mots grecs de sensdifférents, d'une part epistrophê qui signifie ‘changement d'orientation’ et implique l'idée d'un retour (retour à l'origine, retour à soi). D'autre part metanoïa qui signifie changement de pensée, repentir, et implique l'idée d'une mutation et d'une renaissance. Il y a donc, dans la notion de conversion, une opposition interne entre l'idée de « retour à l'origine » et l'idée de « renaissance ».Cette polarité fidélité-rupture a fortement marqué la conscience occidentale depuis l'apparition du christianisme.
Bien que la représentation que l'on se fait habituellement du phénomène de la conversion soit assez stéréotypée, ce phénomène n'en a pas moins subi une certaine évolution historique et il peut se manifester sous un grand nombre de formes différentes. Il faudra donc l'étudier sous demultiples perspectives : psychophysiologique, sociologique, historique, théologique, philosophique. À tous ces niveaux, le phénomène de la conversion reflète l'irréductible ambiguïté de la réalité humaine. D'une part il témoigne de la liberté de l'être humain, capable de se transformer totalement en réinterprétant son passé et son avenir.




LES FORMES HISTORIQUES DE LA CONVERSION
L'Antiquité préchrétienne
Dans l'Antiquité, le phénomène de la conversion apparaît moins dans l'ordre religieux que dans les ordres politique et philosophique. C'est que toutes les religions antiques (sauf le bouddhisme) sont des religions d'équilibre. Pour reprendre l'expression de Van der Leeuw : les rites y assurent une sorte d'échange de prestations entre Dieu et l'homme. L'expérience intérieure quipourrait correspondre à ces rites, en être en quelque sorte l'envers psychologique, ne joue pas un rôle essentiel.
Ces religions ne revendiquent donc pas la totalité de la vie intérieure de leurs adeptes et elles sont largement tolérantes, dans la mesure où elles admettent à côté d'elles une multiplicité d'autres rites et d'autres cultes. Parfois ils se produisent certains phénomènes decontagion ou de propagande, telle la propagation des cultes dionysiaques ou, à la fin de l'Antiquité, celle des cultes à mystères. Ces mouvements religieux donnent lieu à des phénomènes extatiques dans lesquels le dieu prend possession de l'initié.
Toutefois, même dans ces cas extrêmes, il n'y a pas de « conversion » totale et exclusive. Seule peut-être l'illumination bouddhique revêt ce caractère debouleversement profond de tout l'individu. C'est pourquoi les inscriptions du roi Aśoka (268 av. J.-C.) sont si intéressantes. On y voit le roi faire allusion à sa propre conversion au bouddhisme, mais aussi à la transformation morale qui s'est opérée chez tous ses sujets à la suite de son illumination.
C'est surtout dans le domaine politique que les hommes de la Grèce antique ont faitl'expérience de la conversion. La pratique de la discussion judiciaire et politique, en démocratie, leur a révélé la possibilité de « changer l'âme » de l'adversaire par le maniement habile du langage, par l'emploi des méthodes de persuasion. Les techniques de la rhétorique, art de la persuasion, se constituent et se codifient peu à peu.



 La conversion juive / la conversion au judaïsme
La...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La souffrance au travail
  • La souffrance au travail
  • La souffrance au travail
  • La souffrance au travail
  • La souffrance au travail
  • Souffrance au travail
  • La souffrance au travail
  • La souffrance au travail

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !