Synthe Se Maltraitance Infantile

1050 mots 5 pages
Synthèse maltraitance infantile

La maltraitance infantile est définie par la Convention sur les Droits de l’enfant de l’ONU de 1989, que la France a signée dès 1990, comme «toute forme de violences, d’atteinte ou de brutalités physique et mentales, d’abandon et de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle».

La définition généralement retenue en France est celle de l’Observatoire Décentralisé d’Action Sociale, proche de celle de l’ONU : «L’enfant maltraité est celui qui est victime de violence physique, cruauté mentale, abus sexuels, négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychologique».

Introduction

I. Enquête sur la maltraitance
1. Typologie
2. Quelle place occupe-t-elle aujourd’hui ?

II. Un combat pour la protection de l’enfant
1. Des mesures nécessaires…
2. …Qui commencent par la mise à bas du tabou

Conclusion

Types de maltraitance

Maltraitance physique :

Elle désigne des actes de violences tels que : coups, brûlures, empoisonnements, secousses, etc.
Ce type de maltraitance laisse des traces visibles sur l'enfant (bleus, brûlures, etc.), mais n'est cependant pas forcément le plus signalé.

Négligence lourde :

Elle se caractérise par un manque de soin, de nourriture, d'hygiène, de surveillance, de protection ou d'affection.

Maltraitance psychologique :

Elle désigne les rejets, mise à l'écart, brimades, lourdes et pesantes exigences non adaptés aux capacités de l'enfants (scolaires ou sportives par exemple), sadismes, menaces, agressions verbales, etc. et tant d'autres choses encore.

Maltraitance sociale :

Elle désigne l'exposition de l'enfant à la violence familiale ou conjugale. L'enfant n'a pas de repère social fiable et ne sait comment se comporter en groupe, il se retrouve alors mis à l'écart par ses camarades de classe.
Elle est souvent considérée comme une maltraitance psychologique.

Abus sexuel :

La violence sexuelle

en relation

  • Le monde 28/10/12
    92211 mots | 369 pages