Texte de kant

Pages: 2 (254 mots) Publié le: 17 avril 2011
« Personne ne peut me contraindre à être heureux à sa manière

( c’est à dire à la manière dont il conçoit le bien - être des autres hommes ) ;

parcontre, chacun peut chercher son bonheur de la manière qui lui

paraît bonne, à condition de ne porter préjudice à la liberté qu’a

autrui de poursuivreune fin semblable (c’est à dire de ne pas porter

préjudice au droit d’autrui), liberté qui peut coexister avec la liberté de

chacun grâce à unepossible loi universelle. Un gouvernement qui serait

fondé sur le principe de bienveillance envers le peuple, comme celui

d’un père envers ses enfants,c’est à dire un gouvernement paternaliste

(…) où les sujets sont forcés de se conduire d’une manière simplement

passive, à la manière d’enfantsmineurs incapables de distinguer ce qui

leur est vraiment utile ou nuisible et qui doivent attendre simplement

du jugement du chef de l’Etat la manièredont ils doivent être heureux

et simplement de sa bonté qu’également il le veuille, est le plus grand despotisme

qu’on puisse concevoir (c’est à direune constitution qui supprime

la liberté pour tous les sujets qu’ainsi ne possèdent aucun droit). »





Questions

1. Dégager l’idéecentrale du texte et faites apparaître les étapes de l’argumentation



2. Expliquer :

a. « liberté qui peut coexister grâce à une possible loiuniverselle »

b. « un gouvernement paternaliste (…) est le plus grand despotisme »



3. Le rôle du gouvernement est il seulement de garantir la liberté ?
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Texte de kant
  • Explication de texte. kant

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !