Théorie de la vitre cassée

Pages: 23 (5544 mots) Publié le: 23 juillet 2010
La théorie de la "vitre cassée" en France.
Incivilités et désordres en public.

Avant-propos.
Quelques dates clés
1982 : Article "Broken Windows" de deux auteurs américains, George L. Kelling et James Q. Wilson. Ils développent une théorie des "incivilités" à partir de la "vitre brisée". En 1993, un auteur français, Sébastian Roché, publie Le sentiment d’insécurité etétudie les "incivilités" dans le cadre français.

24-25 octobre 1997 : Colloque de Villepinte où l’accent est notamment mis sur la nécessaire lutte contre les incivilités.

28 octobre 1997 : Mise en place par une circulaire des contrats locaux de sécurité (637 au 30 novembre 2003), dont l’un des objectifs est de prévenir les incivilités.

1999 : Lancement de la police de "proximité" en tantqu’expérimentation dans certains départements. La police de proximité doit être est généralisée en 2002 aux 468 circonscriptions de police urbaine

29 août 2002 : La loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (LOPSI) fixe comme objectif une action plus cohérente et plus efficace des forces de sécurité intérieure.

18 mars 2003 : La loi pour la sécurité intérieure (LPSI)maintient la police de proximité, accroît les moyens techniques et juridiques des forces de police et crée de nouveaux délits et sanctions notamment liés à la mendicité ou aux rassemblements dans les halls d’immeubles.

Quelques pistes de réflexion
Les incivilités : une notion difficile à définir
L’apparition du terme incivilités remonte au début des années 1970 aux États-Unis. Mais, c’est en1982 que deux chercheurs, Kelling et Wilson, développent, à la suite du sociologue Erving Goffman, les implications de la notion, en se fondant sur la théorie dite de "la vitre brisée". En 1993, un chercheur français, Sebastian Roché s’intéresse à cette notion au regard de la situation de la délinquance en France.
Si la définition traditionnelle de "civilité" correspond à "l’observation desconvenances, des bonnes manières en usage dans un groupe social", la définition du terme "incivilité", lui-même n’est pas aisé. Sebastian Roché les définit comme un "ensemble de nuisances sociales extraordinairement variées qui ne blessent pas physiquement les personnes, mais bousculent les règles élémentaires de la vie sociale qui permettent la confiance". Les comportements qu’elle recouvre sont descrachats, graffitis sur les murs des villes, dégradations de biens publics, attroupements d’individus potentiellement menaçants, bruit dans les immeubles d’habitation, insultes dans la vie quotidienne, manque de respect envers les personnes âgées...
La difficulté principale est que cette notion sociologique englobe à la fois des comportements gênants, mais qui ne sont pas pénalement sanctionnés, etd’autres qui constituent de vraies infractions. Des débats ont lieu autour de cette notion. Certains considèrent que l’expression masque de réelles infractions et une partie de la délinquance, d’autres récusent cette formulation qui légitimerait l’établissement insidieux d’un appareil répressif public et privé.

Introduction

Le rôle des incivilités dans la dynamique de l'insécurité est deplus en plus discuté dans la littérature étrangère spécialisée. Cet article rappelle la situation scientifique de la question, propose une définition et présente des résultats nouveaux à partir d'enquêtes quantitatives françaises menées ces dernières années dans plusieurs villes (à Grenoble en 1990, St Étienne en 1995, Romans et Paris en 1998). On y vérifie que la présence d’incivilités est unfacteur lié au sentiment d’insécurité et à la méfiance vis à vis des institutions publiques. Ces résultats sont ensuite présentés comme des éléments d’un modèle plus général qui fait l’hypothèse que la multiplication des incivilités pousse les individus les plus sensibles à ces désagréments à chercher à fuir en déménageant. Mais seule une petite proportion y arrivant, les autres sont frustrés et se...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Casse toi
  • Les geules cassées
  • Casse noisette
  • Les guelles cassées
  • Les gueules cassées
  • La jarre cassée
  • Le peigne cassé
  • La cruché cassée

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !