Umberto boccioni - formes uniques dans la continuité de l'espace

Pages: 7 (1631 mots) Publié le: 12 mars 2013
Umberto Boccioni (1882-1916) est un peintre et sculpteur italien apparenté au mouvement Futuriste. La sculpture que nous allons analyser se nomme Formes uniques dans la continuité de l’espace et a été réalisée en 1913. C’est un bronze de dimensions moyennes : 88,5 centimètres de hauteur, 40 centimètres de longueur et 11,2 centimètres de largeur, c'est-à-dire que son échelle est inférieure àl’échelle humaine. Elle semble représenter la silhouette en pied étrangement déstructurée d’un homme. Elle est actuellement exposée à New York, au Museum Of Modern Art. Nous allons dans un premier temps procéder à une analyse de ses composants plastiques pour arriver, dans un second temps, à effectuer une mise en perspective qui tentera de replacer l’œuvre dans son contexte historique. 



L’œuvre étudiéeest donc une sculpture en bronze, matériau noble, coulée en une seule masse unie. Elle se présente sur un socle également en bronze. Elle représente une silhouette humaine animée d’un mouvement de marche ou de course.
L’homme symbolisé ici n’a pas de bras mais on distingue nettement une tête, un buste et des jambes écartées dont une est fléchie. La sculpture ne tient donc pas de l’art abstrait :elle fait iconicité, même si la représentation n’est pas réaliste car les formes sont modifiées, à l’exergue de la tête de l’homme qui, à son avant, prend la forme d’une croix et semble surmonté d’un casque tant le sommet du crâne est surélevé. Les membres sont épais, surmontés de saillies qui peuvent rappeler une musculature importante. Ces proéminences peuvent aussi rappeler une armure vu laforme de la tête de l’homme et l’aspect pointu, tranchant de l’ensemble de l’œuvre. Le matériau aussi, un métal, pourrait faire référence à une armure. Cependant la lourdeur du matériau est cassée par l’impression de fluidité qui émane de l’œuvre. Les nombreuses formes qui émergent de la structure et les superpositions de couches peuvent rappellent des motifs de drapés. 
La facture de l’œuvre estlisse, ce qui ne laisse pas transparaître la marque de l’intervention de l’artiste sur son œuvre. On n’a pas de signe de son implication à la vue de la facture. 
La sculpture reflète de façon importante la lumière qui lui arrive dessus. Elle est s’une couleur particulière, celle du bronze patiné, mais selon les éclairages elle parait plus ou moins dorée et brillante. L’œuvre est un projet accompli,fini et défini dans un espace donné. Pourtant ce caractère de travail complet est mis en impasse par la forme même de l’œuvre. On a l’impression que la sculpture tente de sortir d’elle-même, d’aller plus loin que ses limites. Elle n’est pas figée comme le serait un bronze antique ou classique, au contraire elle semble en pleine expansion. Comme si elle était en train de se construire elle-même sansl’aide de l’artiste. 
Malgré la complexité de la sculpture, ses lignes de constructions sont simples : une diagonale qui va du pied gauche à la tête et une ligne cassée qui vient coupé la diagonale perpendiculairement, qui dessine la deuxième jambe. Sur cette base se rajoutent de nombreuses lignes qui s’éloignent du cœur de la sculpture en suivant plus ou moins les lignes principales.



Croquis
Cette profusion de lignes donne à l’œuvre un rythme certain, et dégagent une impression de vitesse, due à l’effet de flou que procurent les formes. La répétition, la déstructuration évoquent le mouvement du personnage. Le rythme est rapide, saccadé, de telle façon que les mouvements sont décomposés. La mobilité n’est pas présentée de la même façon sur l’ensemble de la sculpture. Ainsi, l’avant de lasculpture, la face du personnage, est représenté de façon plus rigide et géométrique alors que l’arrière est très décomposé et démultiplié en des lignes plus douces et qui semblent se distendre dans la direction opposée à la marche. Cette construction appuie l’effet de marche : l’homme avance et sa vitesse laisse derrière lui la trace de son corps. C’est ici une représentation comme on...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Nouvelles formes organisationnelles pour l’espace de travail
  • D'autres formes d'organisation de l'espace mondial
  • Boccioni
  • Boccioni
  • Quelles formes d’espace pour le spectacle vivant, variation autour de « l’espace vide » de peter brook
  • Umberto saba
  • Umberto eco
  • Umberto Eco

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !