<< Une vendetta >> - relation entre la mère et la chienne

699 mots 3 pages
Dans la nouvelle « une Vendetta » de Guy de Maupassant parût en 1885, nous allons nous pencher sur la relation que la mère et la chienne entretiennent qui est d’ailleurs mise en avant dans le texte :
Tout d’abord, nous pouvons dégager deux thématiques qui monopolisent le texte et unissent la mère et la chienne : celui de la souffrance, et de la vengeance.
Dans un premier temps, nous allons aborder le thème de la souffrance : pour commencer, nous pouvons constater que la chienne est abattus, par une hyperbole qui souligne l’intensité de sa douleur : « Elle hurlait, cette bête » et « d’une façon continue. » l.41-42, qui s’inscrit dans la durée ; Mais aussi « tête tendue » l. 42 qui signifie le besoin du réconfort et de la proximité de la mère auprès d’elle, et « la queue serrée entre les pattes » l.43 montrant l’accablement de la chienne. D’autre part, la mère est également abattus : « l’œil fixe » l.44 signifiant qu’elle ne bouge pas, sous le choc, comme si elle ne pouvait réaliser, et « pleurait de grosses larmes muettes »l .45 représentant la douleur par le visuel, et « hurlait » représentant le son : elles ont donc une attitude identique, ainsi comme nous pouvons le constater également dans le texte que les deux personnages se complètent : « la vieille mère se mit à lui parler. Au bruit de cette voix, la chienne se tut. » l.53-54 ceci étant une certaine synchronisation entre elles. Aussi, nous pouvons voir une gradation : « une longue plainte monotone, déchirante, horrible » qui succède les paroles terribles de la mère que nous pouvons interpréter comme une promesse de la chienne après les paroles de la mère sur la vendetta, le tout indirectement. Toujours à propos de la complétude des deux personnages, la mère et la chienne fusionnent par « elles restèrent là, toutes les deux » présentés comme 2 personnages non distincts. De plus, nous pouvons remarquer que pendant la veillée, seulement la chienne est présente comme si elle était un membre de la famille

en relation

  • Maupassant, une vendetta
    903 mots | 4 pages
  • La vendetta balzac
    6513 mots | 27 pages
  • Résumé Contes du jour et de la nuit Maupassant
    3970 mots | 16 pages
  • Maupassant
    3804 mots | 16 pages
  • Resume de la parure(guy de maupassant)
    17172 mots | 69 pages
  • Les nuers
    7228 mots | 29 pages
  • Les lances du crépuscule de descola
    4858 mots | 20 pages
  • La grande maison
    30615 mots | 123 pages
  • resume Mauupassant
    16158 mots | 65 pages
  • Des lectures analytiques avec plan
    6393 mots | 26 pages