Vipere au poing

Pages: 19 (4559 mots) Publié le: 26 janvier 2013
L’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires (Daniel Salles)

Les adaptations d’œuvres littéraires, de bandes dessinées, de biographies sont nombreuses au cinéma. L’Ecole des lettres va consacrer plusieurs articles à des productions récentes. On trouve régulièrement des adaptations dans les films au programme de l’opération Collège au Cinéma. Avant d’aborder ces œuvres, il est utile dedonner quelques bases aux élèves sur la problématique de l’adaptation. Les ouvrages théoriques et pratiques étant nombreux sur ce sujet, il ne s’agit pas dans cet article de proposer de nouvelles théories mais une démarche pour permettre aux élèves de mieux construire leurs jugements.

1. Deux langages différents

Les documents d’accompagnement de la classe de 3ème précisent bien le cadre danslequel doit être envisagé un travail sur l’adaptation : “ On pourra ainsi, sur pièces, après lecture et visionnement, orienter la réflexion des élèves sur les caractères propres de l’adaptation cinématographique : adapter, ce n’est pas seulement réécrire, c’est transposer dans un langage dont la production et la lecture n’obéissent pas aux mêmes règles que celles de l’écrit littéraire. Uneinitiation à quelques aspects de la création cinématographique et une confrontation entre les deux langages permettra aux élèves de mieux construire un jugement et argumenter une opinion. La confrontation pourra d’abord prendre appui sur l’incipit d’un roman, les premières pages du scénario et les premières séquences du film qui l’adapte, avant d’envisager le caractère multiple du discours filmique, sesformes de récit et les modes principaux de sa narration ”. (p.16)
On supposera que les élèves connaissent les bases du langage cinématographique (notions de plan, d’angle de vue, d’échelle de plans, etc.) et on commencera par leur montrer les différences dans les modes de l’écriture et leur faire prendre conscience des spécificités du récit filmique. Dès le début des années soixante, narratologieet sémiologie du cinéma ont démontré l’irréductibilité d’un film à un livre, et donc l’impossibilité d’étudier un récit cinématographique comme un récit littéraire : l’étude comparée des catégories comme celle du narrateur, de l’énonciation, de la focalisation, de la profondeur de champ, de la temporalité, a permis de mettre en lumière l’hétérogénéité des systèmes. Les travaux de Christian Metz,André Gaudreault, François Jost ont  prouvé que les catégories d’analyse ne sont pas exportables telles.  
Le cinéma mélange le genre narratif (diégésis) et le texte dramatique (mimésis). Il utilise des codes divers : linguistique, de l’image (composition du cadre, angle de prise de vues, champ et hors-champ, point de vue), de la scénographie,  de la musique. La mise en scène contient les décors,les acteurs et leurs costumes, les dialogues,  la musique et la mise en cadre liée à l’étude des plans et des paramètres techniques (lumière, construction du champ et du mouvement dans le champ).
La bande images est vouée au présent continuel de la “ re-présentation ”. La narration filmique relève  de l’“énonciation impersonnelle” et du régime de la monstration. Contrairement au récit écrit, lerécit filmique donne l’impression  que l’histoire s’offre à nous de façon autonome et immédiate. Le régime de la monstration rend peu pertinente la notion de pause descriptive et difficile la distinction entre description et narration : l’image cinématographique désigne, raconte et décrit en même temps ; l’information narrative passe par le truchement du personnage en actes et non parl’intermédiaire du narrateur.
Il ne faut donc pas assujettir le récit filmique au récit littéraire et évaluer une adaptation en  mesurant les rapports de ressemblance ou de dissemblance, de fidélité ou de trahison (à l’esprit, à la lettre). Dans ce cas, on en reste en effet à un jugement de valeur, “ à des débats plus ou moins stéréotypés (fidélité, trahison, appauvrissement, etc.) ” au lieu d’apprécier...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Vipere au poing
  • Vipere au poing
  • Vipere au poing
  • Vipère au poing
  • Vipère au poing
  • Vipère au poing
  • Vipere au poing
  • Vipere au poing

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !