Vivre pour travail-- hegel.

3087 mots 13 pages
Faut-il travailler pour vivre ou vivre pour travailler ? Par Pierre-Eric SUTTER Volet 1 - Les contradictions du travail De la Bible aux Lumières, le labeur a longtemps été considéré comme une corvée, voire une malédiction. Or depuis la fin du 18° siècle, toutes les sociétés modernes ont mis le travail au centre de leurs préoccupations, en suggérant qu’il pouvait être autre chose qu’un châtiment ou une pénitence. Pour prendre la mesure de cette évolution, il suffit de constater comment notre travail définit qui nous sommes ; ainsi lorsque nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, la première question posée n’est pas « d’où venez-vous, qui êtes-vous ? » comme l’usage le prévaut dans les sociétés traditionnelles, mais « que faites-vous dans la vie ? ». Ceci forge une conviction partagée par le plus grand nombre : le travail contribue à construire notre identité. Jadis, le travail offrait à l’Homme la possibilité de se réaliser dans son environnement et dans le monde. De nos jours, le travail occupe une position beaucoup plus ambiguë : l’être humain se plaint de son travail, mais il est bien heureux d’en avoir un ; quand il n’en a pas, il en recherche un, parfois désespérément. Quand il en a un, il en souffre, parfois jusqu’à la dépression, voire le suicide. Le travail est apprécié de plus en plus non plus pour ce qu’il est lui-même (tâches, réalisation matérielle, œuvre collective) mais pour autre chose (argent, prestige, pouvoir, remède à l’ennui). Mais il semblerait qu’il soit difficile de s’en passer dans notre Société, malgré les souffrances qu’il est susceptible de nous infliger.

Pour synthétiser l’ambivalence du travail et tenter de comprendre ses contradictions, nous posons trois hypothèses. Ces contradictions, en apparente opposition, peuvent être dépassées par un travail de réflexion et de synthèse. Elles peuvent même contribuer à créer du sens, en permettant de comprendre certaines des causes de mal-être que les individus rencontrent au travail.

en relation

  • Travail et technique
    2347 mots | 10 pages
  • Chapitre 2 le travail philo
    3174 mots | 13 pages
  • Cours - terminale l - philosophie - texte - hegel - la philosophie est conceptuelle ou n'est pas
    654 mots | 3 pages
  • existentialisme
    6534 mots | 27 pages
  • la bac a tout prix
    735 mots | 3 pages
  • Philisophie : qu’apporte le travail à l’homme ?
    1288 mots | 6 pages
  • Peut on opposer le travail au loisir ?
    2520 mots | 11 pages
  • La philosophie de Hegel
    947 mots | 4 pages
  • Travail
    3648 mots | 15 pages
  • Hegel
    451 mots | 2 pages