L'orpaillage fait de la forêt française amazonienne une zone de non droit

Pages: 9 (2141 mots) Publié le: 11 avril 2011
L’orpaillage fait de la forêt équatoriale française une zone de non-droit

GALLAY Marjorie

C’est en 1855 que l’or est officiellement découvert en Guyane. Historiquement, de 1857 à 2010, la production aurifère a dépassé les 200 tonnes d’or. La persistance à un niveau élevé, des cours de l’or (1400 dollars américains) ont conduit à un nouveau regain de l’activité minière en Guyane. En France,l’Etat est propriétaire du sous-sol, il concède l’exploitation des ressources minières à une compagnie pour son extraction. Les droits et les devoirs des exploitants sont définis dans le code minier ainsi que dans le code de l’environnement. En Guyane, l’exploitation aurifère représente la deuxième activité industrielle, après le secteur spatiale et avant les secteurs de la pêche et du bois. Enchiffre, elle représente également la première source de revenus de la région. La production actuelle moyenne déclarée à la DRIRE dépasse les 3 tonnes. Cependant, ce chiffre, déclaré par la cinquantaine d’entreprises de la filière comportent une grande incertitude. En effet, selon les douanes, les quantités déclarées et exportées avoisinent les 9 tonnes annuelles. Des trésors volés aux Mayas,Aztèques et Incas jusqu’aux Sioux de Black Hills l’histoire de l’or aux Amériques est tachée de sang. Cette histoire se répète actuellement pour d’autres peuples autochtones, les Yanomami, Macuxi et Wayana d’Amazonie française. LA POPULATION GUYANAISE Cette ancienne colonie est devenue française en 1604, à cette époque y résidait plus de 30 000 amérindiens appartenant à 17 tribus différentes. Depuis, lapopulation guyanaise s’est diversifiée avec plusieurs vagues de migration. : traite des esclaves (1670-1848), l’expédition de Kourou (1763-1765), population carcérale des bagnes (1852-1938), les orpailleurs de la ruée vers l’or (1880-1930), les Hmongs réfugiés politiques laotiens (1977), les migrants de la guerre civile au Suriname (1986-1992)… La Guyane, territoire français et européen sur uncontinent en voie de développement, attire de nombreux ressortissants des pays avoisinants. C’est ainsi que la population immigrée (réguliers et irréguliers) représente 40% de la population adulte à Cayenne et près de 58% à Saint-Laurent du Maroni (INSERM, 2009) ce qui représente une moyenne de 30% sur l’ensemble de la population, laquelle s‘élève à plus de 200 000 habitants. Selon la préfecture, en2002, la population clandestine était estimée à 30 000 personnes. Bien que plus de 90 nationalités soit représentées dans ce paysage multiculturel, les clandestins sont essentiellement originaires, par ordre d’importance, du Brésil, du Suriname, d’Haïti et du Guyana. Aujourd’hui, il ne reste que six ethnies amérindiennes sur ce territoire (Arawak ou Lokono, Emerillons ou Teko, Galibis ouKalin’ia, Palikur, Wayampi et Wayana) soit un peu plus de 4 000 individus (Annexe 1 & 2). Après avoir été décimés par l’esclavage et les maladies virales importées de l’Ancien Monde, on assiste depuis la seconde moitié du XXème siècle à une augmentation de leur population, notamment grâce à une meilleure accessibilité aux soins. Les amérindiens ont en partie maintenu un mode de vie basé sur les activitéstraditionnelles de chasse, pêche et culture itinérante sur brûlis. Depuis le XVIIème siècle les amérindiens avaient un statut de « nations libres », ce dernier a été révoqué en 1969 avec la mise en place d’un nouveau programme de francisation. Ce programme a également mis fin au statut du territoire de l’Inini, lequel plaçait la grande majorité du territoire sous l’autorité directe du gouverneur.Depuis ces années, les amérindiens guyanais cherchent une reconnaissance de « peuple distinct ». Cependant, la tradition jacobine et homogénéisante de la nation française récuse la notion de «peuples autochtones» telle que l’emploie le droit international et refuse donc de ratifier la convention 169 relative aux peuples indigènes. Toutefois, l’accès au sud du département est soumis à une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La forêt amazonienne
  • La foret amazonienne
  • Les forêts amazoniennes
  • La foret amazonienne
  • Foret amazonienne
  • Foret amazonienne tpe
  • SVT: La Foret Amazonienne
  • Synthese foret amazonienne tpe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !